Joël Martel

Rouler sans permis

CHRONIQUE / Ça devait bien faire une quinzaine de minutes que je roulais et je venais d’arriver à Saint-Bruno. Puis, je ne sais pas trop pourquoi ça m’a frappé à ce moment-là, mais j’ai soudainement réalisé que j’avais oublié de payer mes frais de renouvellement pour mon permis de conduire.

J’ai donc repéré la première sortie sur mon chemin qui me permettrait de me garer et alors que je m’y rendais, je revoyais dans ma tête tout ce qu’on m’avait dit dans les dernières semaines.

Mon petit film imaginaire qui s’intitulait Comment j’ai oublié de renouveler mon permis ? débutait donc par une première scène dans laquelle mon amoureuse me remettait au début de décembre une lettre de la SAAQ en me disant de ne pas oublier de renouveler mon permis, puis je lui répondais mon célèbre : « Oui oui, je regarde ça tout de suite ». Ensuite, il y avait ce texto envoyé par ma maman le jour de ma fête, qui me rappelait de ne surtout pas oublier de renouveler mon permis, puis ça se terminait par moi en train de lire un article dans le journal où on racontait qu’un gars s’était fait pincer à conduire sans permis alors que je me demandais quel genre d’idiot pouvait se risquer de conduire sans permis.

Dès que j’ai stationné la voiture de mon amoureuse, je lui ai téléphoné pour lui demander si elle pouvait retrouver ma lettre de la SAAQ, question de savoir quel était le prix à payer, car j’avais comme plan de payer tout ça par Accès D et, dans l’éventualité où je me ferais arrêter, je n’aurais qu’à le dire aux agents.

Or, une fois que Julie a trouvé la lettre en question, elle m’a annoncé la mauvaise nouvelle : « C’est écrit qu’il faut que tu te présentes à la SAAQ pour prendre une nouvelle photo avant de pouvoir payer tes frais de renouvellement. Dans la lettre – que tu n’avais pas encore ouverte –, ils demandent de faire ça au moins une dizaine de jours avant la date d’expiration et ils précisent aussi que si tu te fais prendre sans permis, ils peuvent te saisir ton automobile et te donner une amende de 300 à 600 $. »

Ça regardait donc très mal pour mon fameux plan du paiement légèrement en retard sur Accès D.

J’ai donc décidé de rebrousser chemin et de revenir à la maison, en souhaitant très fort de ne pas croiser le moindre policier sur ma route, juste au cas où.

Pour vous dire vrai, ç’a été une sacrée bénédiction que je ne croise pas une seule voiture de police, parce qu’entre vous et moi, j’avais tellement la trouille de me faire pincer que je devais avoir l’air du personnage de Henry Hill à la fin du film Goodfellas de Martin Scorsese. J’étais là à constamment balayer des yeux l’horizon, craignant de voir surgir les forces de l’ordre au prochain détour.

Pour ajouter au stress, il y a un gars en gros pick-up qui a commencé à rouler derrière moi tandis que les phares de son véhicule semblaient réglés sur le mode « rayons lasers ». Je ne vous blague pas : je suis certain que si j’avais eu un passager avec moi dans la voiture, j’aurais pu voir briller son squelette à travers son corps tellement les phares du pick-up étaient intenses.

Comme le pick-up insistait pour me coller au derrière, j’ai décidé de ralentir, et là, c’est devenu vraiment spécial. En plus de ses phares qui m’aveuglaient, le pick-up faisait rugir son moteur et pendant un instant, je me suis presque senti à La Ronde.

Tout s’est finalement passé sans problème, sauf que là, je dois m’habituer à ma vie temporaire de gars qui ne peut pas conduire.

C’est triste à admettre, mais c’est fou à quel point tout devient soudainement très compliqué quand on ne peut plus conduire.

D’ailleurs, ce qui est le plus ironique dans tout cela, c’est qu’étant donné que je ne peux pas conduire, je ne vois pas trop quand je pourrai me rendre à la SAAQ pour renouveler mon permis. Mais bon, ce qui est plutôt chouette dans cette histoire, c’est que maintenant, je sais à quoi ressemblent les idiots qui prennent le risque de conduire sans permis.