Joël Martel
Chaque jour, Radio Talbot accompagne ses auditeurs dans leur compréhension des points de presse quotidiens du premier ministre François Legault.
Chaque jour, Radio Talbot accompagne ses auditeurs dans leur compréhension des points de presse quotidiens du premier ministre François Legault.

Radio Talbot combat la désinformation

CHRONIQUE / Pendant plusieurs années, Denis Talbot a donné rendez-vous chaque soir à des milliers de téléspectateurs afin de leur parler de technologie. Sa populaire émission M. Net était diffusée sur les ondes de la chaîne MusiquePlus. À la suite de l’arrêt de l’émission, l’animateur est rapidement retombé sur ses pattes pour s’investir très activement sur Twitch et aujourd’hui, sa chaîne Radio Talbot est une référence en matière de technologie et de jeux vidéo au Québec.

Or, depuis le début des mesures de confinement visant à limiter la propagation de la COVID-19, voilà que Radio Talbot s’est donné un second mandat et, disons-le, il s’agit là d’une initiative très exemplaire !

En effet, bien que la chaîne poursuive sa programmation habituelle, Radio Talbot a ajouté une nouvelle corde à son arc. Celle-ci consiste à bien accompagner les auditeurs et les auditrices dans leur compréhension des points de presse quotidiens du premier ministre François Legault.

Ainsi, chaque jour, Denis Talbot rediffuse en direct les points de presse, tout en proposant aux centaines d’auditeurs qui sont présents de pouvoir échanger entre eux dans l’espace de clavardage de la chaîne. Ces échanges sont supervisés par des modérateurs. Ils veillent à assurer que les discussions se fassent dans le respect, mais leur mission la plus importante est surtout de combattre la désinformation.

On le sait, les fake news et la désinformation ont toujours été très populaires depuis l’apparition du Web, mais la crise causée par la pandémie a fait en sorte que ces théories ont plus que jamais gagné en popularité, ce qui peut s’avérer très lourd de conséquences. Or, grâce à la vigilance des modérateurs, qui surveillent les échanges effectués dans l’espace de clavardage de Radio Talbot, les auditeurs doivent donc s’assurer de l’authenticité et de l’exactitude des informations qu’ils partagent aux autres internautes. Rien n’est laissé au hasard.

La chaîne de Denis Talbot est une référence en matière de technologie et de jeux vidéo au Québec.

Au cours d’une entrevue téléphonique qu’il m’a accordée, Denis Talbot a expliqué : « Si tu nous lances des chiffres et des statistiques afin de contredire une information, il va falloir que tu montres d’où il vient ton 42 %. Il va falloir que tu fournisses un lien vers un média ou une source d’information crédible. Une fausse information, ça peut avoir de grosses conséquences. »

Alors que les mesures de confinement ont été adoptées depuis plus d’un mois, on pourrait croire que tout le monde est maintenant bien au parfum des dangers liés à la COVID-19, mais comme l’a souligné Denis Talbot, la réalité est très surprenante. « Encore hier (20 avril), au moins deux auditeurs m’ont demandé qu’est-ce que j’étais en train de diffuser. Ils ne blaguaient pas du tout. Ils ne savaient pas pourquoi il y avait un point de presse. »

L’animateur fait aussi remarquer que plusieurs personnes qui vivent des situations de détresse psychologique sont malheureusement laissées à elles-mêmes et lorsque l’une d’elles se présente dans l’espace de clavardage de Radio Talbot, les modérateurs tenteront d’aiguiller cette personne vers les sources d’aide appropriées, au lieu de l’exclure.

En considérant que les différentes chaînes officielles du gouvernement qui diffusent les points de presse sur les réseaux sociaux ne font aucune modération quant aux nombreux commentaires des internautes, on peut donc parler du jour et de la nuit en ce qui concerne l’approche préconisée par Radio Talbot.

À cet effet, Denis Talbot a ajouté : « Si on laisse tout le monde dire n’importe quoi, ça peut sérieusement déraper. Ça peut rapidement tomber dans le sexisme ou le racisme et ça, je n’en veux pas. Que tu sois de gauche ou de droite ou de centre, ce n’est pas important pour le moment. La priorité, en ce moment, c’est de bien s’informer et de prendre les bonnes précautions afin de s’assurer qu’on va finir par s’en sortir. »

La bonne nouvelle dans tout cela, selon Denis Talbot, c’est qu’il a observé chez ses auditeurs de plus en plus d’autorégulation quant au contenu et aux informations que ceux-ci se partagent. Comme quoi on peut aussi influencer le débat de façon constructive et positive.