Quand Billy rencontre Maggie

CHRONIQUE / C’est quand même fou la vie. Un jour, vous êtes là à vous plaindre comme quoi le temps vous manque et puis le lendemain, vous vous rendez compte que vous êtes planté là comme un piquet sur votre terrain à regarder cette bestiole sautiller, comme si tout le reste ne comptait plus, alors qu’en réalité, vous êtes autant dans le jus qu’auparavant.

Cette bestiole, c’est le lieu commun des lieux communs et ici, je vous parle bel et bien d’un chien.

Le truc, c’est que ça faisait quand même plusieurs années que le projet d’adopter un chien était dans l’air, mais c’est un peu comme arrêter de fumer la clope ou décider de perdre du poids : l’idée nous semble chaque fois très cool, mais on finit toujours par trouver un prétexte ou une raison de reporter tout ça à plus tard.

On a donc fini par se dire qu’à bien y penser, ça serait plus noble et beaucoup plus simple de donner une seconde vie à un chien qui avait été abandonné. Puis, après avoir jonglé avec cette idée, la vie nous a pris par surprise en nous offrant l’opportunité d’adopter un chiot et dans un élan de témérité, on a décidé que cette fois-ci, on le faisait vraiment.

Alors hop, pour ceux et celles qui se le demandaient, il s’agit d’un petit labrador noir et on l’a appelé Billy. Plus commun que ça, tu l’appelles Fido.

Maintenant, je vous mentirais si je vous disais qu’on était tous gaga devant ce nouveau membre de la famille, parce que voyez-vous, notre grosse chatte noire Maggie n’est vraiment pas fan de son nouveau frère Billy. Alors que le pauvre Billy aimerait bien sympathiser avec elle, Maggie ne voit pas du tout ça du même œil. Chaque fois que les bêtes se croisent, c’est comme si Maggie se transformait soudainement en danseuse de ballet et le but de sa chorégraphie consiste clairement à se tenir le plus loin possible de Billy.

Sinon, il arrive souvent qu’on se rende compte qu’elle est cachée dans un coin de la pièce, à surveiller Billy d’un œil méfiant et si on pouvait lire dans sa tête, ça ressemblerait certainement à ce qui se passe dans celle du coyote qui pourchasse désespérément le fier Roadrunner.

Quant à nous, on est évidemment très content de pouvoir maintenant compter sur la présence de Billy, mais bordel, c’est du boulot tout ça.

Tout d’abord, le plancher auquel il a accès est devenu une espèce de version moderne du jeu auquel on jouait quand on était gamin. Vous savez, ce jeu où on s’imaginait que certaines parties du sol étaient constituées de lave de volcan ? Sauf que là, la lave, elle existe vraiment, mais au lieu de brûler, ce sont des petits spots de pipi de chiot. D’ailleurs, j’imagine que c’est le gag le plus récurrent des nouveaux propriétaires de chiot, mais ironiquement, on n’aura jamais eu un plancher aussi propre.

Et puis comme je vous disais, l’arrivée d’un chiot, ça vous chamboule considérablement un horaire de vie. Alors que tout le monde attend après vous pour un texte, vous êtes là sur votre terrain, à regarder cette bête jouer avec un poulet en plastique et je ne vous cacherai pas que dans ces moments-là, la même question revient souvent me hanter : « Mais pourquoi je me donne tout ce trouble ? ».

Pour vous dire vrai, la réponse, je l’ignore. Or, voilà que mon ami Boca y a répondu en partie après que je lui ai fait part de cette nouvelle arrivée dans la famille. Cette partie de réponse, c’est une chanson de Plume Latraverse qui s’intitule Ça prend d’l’action. Ouep, je ne suis vraiment pas en désaccord. Non pas que ma vie manquait d’action, mais si nous étions dans une série télé, gageons que tous les téléspectateurs seraient ravis de savoir qu’un nouveau personnage principal s’ajouterait à l’équipe.

Enfin, il y a quelque chose de chouette à l’idée d’imaginer que Billy passera les prochaines années en notre compagnie. Je le vois déjà m’accompagner dans mes marches le soir et qui sait, peut-être arrivera-t-il un jour à amadouer Maggie ?

Je vous tiendrai au courant si ça arrive et en attendant, faites bien attention où vous mettrez les pieds si vous passez par ici.