«À une époque où l'économie domine pratiquement chacune de nos décisions collectives, il y a quelque chose de plutôt amusant de voir un projet Mégafun voir le jour.»

Longue vie à Mégafun

CHRONIQUE / C'est très grand. Et puis là, j'ose même pas imaginer à quel point ça doit être immense du point de vue d'un enfant haut comme trois pommes.
En fait, pour vous donner une idée, je vous dirais de vous souvenir de cette époque où les parcs des MacDonald's étaient toujours à l'extérieur et que là, le petit bonhomme que vous étiez allait brûler ses calories vides dans la grosse cage en forme de Grosse Douceur. Vous vous en souvenez de ça, hein ?
Eh bien ! C'est pas mal un peu ça Mégafun.
Une espèce de parc intérieur sans fin où votre enfant ne saura plus du tout où donner de la tête. Le buffet chinois du parc pour enfants. 
Et puis hop, sans vouloir mettre tous les buffets chinois dans le même panier, la comparaison n'est quand même pas si mal à bien y penser. Le truc, c'est qu'avec tous ces gamins qui pullulent ici et là dans ces installations, j'ose imaginer que lorsqu'une gastro se pointe par là, c'est Noël avant le temps pour elle.
D'ailleurs, ayons ici une pensée pour ces employés qui doivent nettoyer et désinfecter toutes ces installations, et ce, au péril de leur santé. Ça peut sembler con, mais on ne pense jamais à ces héros qui travaillent en coulisses, et cela, même si c'est notamment grâce à eux qu'après une virée au Mégafun, on arrive à dormir sur ses deux oreilles sans trop craindre de se réveiller le lendemain avec un truc contagieux.
Et sinon, on l'oublie aussi, mais ça ne doit vraiment pas être de tout repos que de bosser au Mégafun. Tout d'abord, il faut être doté d'une patience extraordinaire pour gérer tous ces bouts de chou qui carburent complètement à l'euphorie. Et ça, c'est sans compter la gestion des entrées et des sorties. Vous savez comment ils sont les enfants. Il suffit d'une seconde d'inattention et voilà que la curiosité d'un gamin le pousse à se lancer dans l'exploration du centre d'achats.
Bref, je pensais à tout ça il y a quelques semaines alors que je suis allé y faire une visite en famille. J'essayais donc de me faire une reconstitution mentale de la genèse d'un tel projet et décidément, c'est là ce qu'on peut désigner comme étant un vrai projet de fou. Et là, n'allez pas croire un seul instant qu'une telle désignation a quelque chose de péjoratif. Ce n'est que du positif en qui ce me concerne.
À une époque où l'économie domine pratiquement chacune de nos décisions collectives, il y a quelque chose de plutôt amusant de voir un projet Mégafun voir le jour.
Car je l'ignore pour vous, mais si je voulais m'en mettre plein les poches, si un type me proposait de me lancer dans un truc de mégaparc intérieur pour enfants à Alma, j'hésiterais peut-être un instant avant d'accepter.
Outre les frais de location de l'espace commercial, plus le coût des installations, le salaire des employés et j'imagine de très bonnes assurances de toutes sortes, de parier ainsi sur une clientèle familiale relève de la folie, mais dans ce qu'elle a de plus beau à mon humble avis.
Sincèrement, je souhaite longue vie à ce projet, car tant qu'il y a aura une clientèle suffisante, cela signifiera que de nouveaux coeurs font battre la ville et ça, si ce n'est pas de l'espoir, je ne sais vraiment pas quoi vous dire de plus.
Et puis, gageons que les microbes ont aussi le même souhait que moi !