Les camionnettes sont nombreuses sur les routes.

Le courage, la légende

CHRONIQUE / Tout d'abord, bien que je ne sois pas trop du genre à apprécier semer la polémique, je crois qu'il est maintenant temps pour moi d'aborder ici un sujet sensible qui me préoccupe énormément.
Il y a quelques années, j'avais déjà glissé quelques mots à ce sujet dans un autre journal, mais voilà qu'en cette fin d'année 2016, je dois m'en confesser : le phénomène a sans cesse gagné en ampleur.
Ils sont partout.
Dans les rues. Dans les stationnements. À l'épicerie. Au dépanneur. Partout.
Maintenant, les lecteurs et les lectrices les plus perspicaces l'auront deviné : je vous parle ici des gros «pick-ups» blancs.
En premier lieu, j'aurais une question à l'attention des propriétaires de «pick-ups» blancs : faites-vous tous partie d'un club ou d'une organisation secrète comme les Chevaliers de Colomb par exemple?
Je demande ça, parce que lorsque je dis ça qu'il y en a partout, c'est un pur euphémisme.
Pas des «pick-ups» rouges ou bleus ou gris, mais des gros «pick-ups» blancs.
Je les remarque parce qu'ils sont gros, mais surtout parce que pratiquement chaque fois que je passe à un cheveu de me faire frapper dans la rue, c'est justement à cause d'un gros «pick-up» blanc.
Sinon, presque chaque fois où quelqu'un roule de façon passive-agressive derrière moi pour me faire signe d'aller plus vite ou de me tasser du chemin, encore une fois, il s'agit d'un gros «pick-up» blanc.
Et puis ça, c'est sans compter toutes les fois où quelqu'un a décidé de se stationner en double devant l'entrée d'un dépanneur ou en plein milieu du chemin devant le IGA.
Coudon, est-ce qu'on vous donne un permis de conduire spécial quand vous achetez un gros «pick-up» blanc?
Mais ce qui m'étonne le plus dans tout ça, c'est qu'à l'origine, je pensais qu'un gros «pick-up», c'était fait pour déplacer des grosses choses et surtout, aller rouler dans la grosse bouette dans le finfond de la forêt. Je dis ça comme ça, mais je serais tenté de croire que blanc, ce n'est pas nécessairement la meilleure idée de peinture pour faire des grosses jobs salissantes comme ça non?
Mais bon, une chose est certaine, un gros «pick-up» blanc, ça a une belle grosse cabine qui semble très pratique pour y transporter les sacs d'épicerie ou le magasinage de Noël. C'est du moins ce que je pense en voyant tous ces gros «pick-ups» blancs stationnés devant les centres d'achats et les épiceries.
Il reste que c'est quand même ironique qu'on arrive à vendre autant de gros engins comme ça alors que la planète est sur le bord d'exploser et qu'on vit à une époque où il est possible de faire de longs itinéraires en voiture électrique sans utiliser une seule goutte d'essence. Et là, je ne fais même pas mention du prix de l'essence.
Ici, je risque de me faire bien des ennemis, mais que voulez-vous, des fois, il faut les dire les choses. Voyez-vous, il y a à peine trois ou quatre ans, on s'indignait tous des gros Hummer qui étaient tristement célèbres en raison de leur consommation pas possible d'essence. Même les gens qui généralement ne font aucun cas des enjeux associés à la pollution s'entendaient pour dire qu'une grosse machine comme ça n'avait pas de bon sens.
Et puis là, même si on n'a pas besoin d'un doctorat en ingénierie mécanique pour savoir qu'un gros «pick-up», c'est très gourmand en essence, on n'en fait aucun cas des gros «pick-ups». J'imagine que comme ils sont blancs comme neige, ça a un effet apaisant.
Bref, je vous laisse penser à ça et je vous dis ça comme ça, mais à la fin, en troquant votre gros «pick-up» blanc pour un truc moins énergivore, non seulement vous sauveriez beaucoup d'argent, mais en plus, vous n'auriez plus besoin de vous stationner en double parce que vous ne rentrez pas dans aucun espace de stationnement.
Et puis, si c'est du courage et de la légende que vous voulez, je suis convaincu que vous pourrez en trouver autrement qu'en achetant un gros «pick-up»