Le complot des mouches

CHRONIQUE / Elle est là depuis un bon moment déjà. En fait, si j’avais su qu’elle déciderait de s’installer pour de bon, j’aurais au moins noté la date de son arrivée, mais vous savez comment ça se passe chaque fois.

C’est que généralement, elles ne sont que de passage. Elles vont venir inspecter ce qu’il y a dans la maison et une fois qu’elles retrouveront le chemin vers la sortie, elles s’en iront sans même vous dire « merci ».

Alors, quand celle-ci est arrivée, je ne lui ai même pas porté attention, me disant qu’elle ferait comme toutes les autres et qu’elle finirait bien par se pousser.

Or, il faut reconnaître qu’elle est parvenue à me déjouer, car elle est toujours là à traîner dans mon bureau depuis plusieurs semaines.

Peut-être aussi qu’en réalité, ce n’est pas la même. Et ainsi, c’est moi qui me fais des scénarios, mais au risque que vous pensiez que je suis devenu fou, je peux vous assurer que je reconnais son « bruit » parmi tous les autres spécimens de son espèce.

Ce qui est le plus étonnant dans tout ça, c’est que même après tout ce temps, je ne lui ai toujours pas donné de nom, alors je me contente de seulement la désigner par son espèce.

Alors hop, chaque matin que je m’aventure dans mon bureau pour débuter ma journée de travail, je sais qu’à un moment ou un autre, elle viendra se poser sur mon bras, et juste à l’instant où je me dirai que c’est le temps ou jamais de saisir ma chance en la frappant à l’aide de mon autre main, elle me narguera joyeusement chaque fois en s’envolant. Il arrive même qu’elle m’effleure le visage en passant, comme pour me dire : « Tu m’auras pas. »

Maintenant, vous me pardonnerez de ne pas vous l’avoir encore précisé, mais ici, il est question d’une mouche. Mais pas n’importe laquelle des mouches. En fait, pour vous dire vrai, si on m’apprenait que le diable en personne s’était réincarné en mouche, je serais prêt à parier une fortune qu’il vit dans mon bureau.

Chaque jour, que je sois ultrazen ou juste un peu stressé, elle finit toujours pas réussir à me pousser à bout. Il faut dire qu’elle sait vraiment bien s’y prendre. Quand elle ne se décide pas à venir se poser quelques secondes dans mes cheveux, elle vient me chatouiller un bras et sinon, elle met ma patience à rude épreuve en allant tambouriner dans les stores de la fenêtre, tout en faisant ce bourdonnement aux propriétés étonnamment très agressantes.

Il y a quelques jours de cela, j’en suis venu à la conclusion que je devrais finir par prendre les choses en main, car cette mouche devenait de plus en plus un risque potentiel de psychose. Alors, je suis allé chercher l’artillerie lourde ou, si vous préférez, j’ai trimballé le tue-mouche jusqu’à mon bureau.

Ici, je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, j’ai de plus en plus l’impression que les tue-mouche ont été inventés par les mouches. J’imagine qu’un jour, elles tenaient une réunion, et voilà qu’une d’elles s’est demandé à voix haute ce qu’elles pourraient inventer pour nous faire rager davantage. C’est alors qu’une des mouches a lancé : « Hey, on pourrait inventer un truc qui ferait croire aux gens qu’ils pourront enfin nous tuer, mais en fait, ça va être un truc qu’on va pouvoir facilement repérer, et je ris déjà en pensant à tous ces humains qui friseront la folie en tentant de nous chasser dans leur maison avec cette chose stupide dans les mains ! »

J’y crois fermement à cette théorie du complot des mouches, car la mienne ou, si vous préférez, Lucifer Mouche semble voler de joie quand elle me voit arriver avec le tue-mouche. Hier encore, elle s’est même amusée à se poser sur mon tue-mouche, un peu comme si elle souhaitait mettre bien en évidence l’absurdité de ma quête.

Et puis, pour ceux et celles qui se demandaient si les animaux domestiques pouvaient être utiles dans de tels cas, je me contenterai de vous dire qu’ici, à la maison, Maggie est une chatte trop paresseuse pour ce genre d’activité, tandis que Billy le chien croque plus d’air que de mouches.

Mais bon, l’hiver s’en vient après tout.