En fait, si le gazon nous apparaît comme étant de couleur verte, c'est que le gazon va absorber toutes les couleurs contenues dans la lumière, sauf le vert qu'il va alors refléter.

De quelle couleur est le gazon?

CHRONIQUE / J'aurai passé mes vacances à me dire que le gazon n'est pas vraiment vert.
Yep, et je ne blague même pas quand je vous dis ça.
Le truc, c'est que le premier soir de mes vacances, je me suis tapé quelques épisodes d'une émission sur Netflix intitulée Brain Games. 
Le concept est plutôt simple : on explore différents thèmes selon chaque épisode et afin de bien vous faire saisir chaque concept, on vous fera jouer à de petits jeux. À titre d'exemple, on vous fera classer des visages selon vos critères de beauté et la seconde d'après, on vous fera réaliser que des dizaines d'hommes et de femmes ont exactement fait les mêmes choix que vous. Puis, une fois le choc passé, on vous expliquera les mécanismes du cerveau qui vous influencent dans la conception que vous faites d'un beau visage.
Certes, on trouve dans le lot plusieurs théories que les profs les plus passionnés tenteront de vous transmettre au cours de votre secondaire, mais c'est tout simplement fascinant d'explorer ainsi les nombreux rouages du cerveau.
Ce qui m'amène alors à revenir sur le sujet du gazon qui est tout sauf vert.
Maintenant, vous pouvez rigoler un bon coup si ce concept vous était déjà bien familier, mais en ce qui me concerne, je vais vous avouer que ça m'a choqué.
Ainsi, les couleurs que nous percevons ne font pas partie des objets sur lesquels nous les voyons. En fait, si le gazon nous apparaît comme étant de couleur verte, c'est que le gazon va absorber toutes les couleurs contenues dans la lumière, sauf le vert qu'il va alors refléter.
Du coup, on pourra dire la même chose du rouge d'une pomme ou de l'orange d'une orange.
Ici, je ne sais pas pour vous, mais plus j'y pense et plus ça me fout le vertige.
Le truc, c'est que dès qu'on se met à y penser alors qu'on est bien étendu sur la pelouse, ça peut rapidement vous foutre la trouille. On se dit notamment : « Mais si ce gazon dans lequel je suis étendu n'est pas vert, alors de quelle couleur est-il vraiment ? ». Et puis hop, notre coeur se met à battre rapidement dès le moment où on ose avancer l'hypothèse qu'il est peut-être en fait d'un brun à vous lever le coeur.
Mais outre ces hypothèses à la limite de l'angoissant, on peut aussi appliquer ces connaissances d'un autre oeil.
En effet, si ce que nos yeux ne reflètent pas fidèlement la réalité, peut-on ainsi croire que ces fameuses théories de psychopop qui nous répètent sans cesse que nous sommes responsables du monde tel que nous voulons bien le percevoir ?
Évidemment, je laisserai le soin d'en débattre aux personnes plus compétentes à ce titre, mais cela demeure quand même un territoire de réflexion très inspirant.
Cela dit, j'imagine que plusieurs d'entre vous se demandent depuis une minute ou deux en quoi peut bien consister cette histoire des beaux visages.
Eh ben ! , grosso modo, si j'ai bien compris, cela s'expliquerait par un truc vieux comme la Grèce Antique. Il s'agirait en fait de ce qu'on appelle le nombre d'or (ça fait très ésotérique non ?) qui résulterait d'un alignement de proportions parfaites. Ici, vous me pardonnerez cette synthèse très maladroite, mais si les gens vous trouvent moche, ce n'est pas à cause de vos yeux bruns ou de votre gros nez, mais tout simplement en raison de la façon dont ceux-ci sont disposés sur votre visage.
Encore une fois ici, on a droit à un intéressant terrain de réflexion.
Alors hop, ça a été ça mes vacances. Du temps de qualité passé en famille, une journée folle à La Ronde, de bonnes rigolades avec les amis et deux semaines à observer avec crainte et amusement le gazon ou à dévisager discrètement les gens afin d'arriver à comprendre comment fonctionnait ce satané nombre d'or.