Joël Martel
Sludge Life
Sludge Life

C’est l’heure de se défouler!

CHRONIQUE / Alors que la semaine dernière, je vous proposais des titres dont les récits étaient particulièrement intéressants, je vous invite cette fois-ci à visiter des jeux qui, à défaut de stimuler votre imaginaire, vous aideront à passer quelques heures sans même vous en apercevoir.

Sludge Life Développeurs : Terri Vellmann & Doseone Éditeur : Devolver Digital

Comment décrire Sludge Life? De l’avis de Doseone, l’un des deux créateurs de ce titre, il s’agit d’un simulateur de graffitis et de vandalisme.

Dès qu’on commence à jouer à Sludge Life, le jeu annonce clairement ses couleurs : on va vivre un moment très spécial. Au menu, une introduction qui vous plongera dans une mise en abîme de jeu fonctionnant sous une version archaïque de Windows, des sons très farfelus afin d’accompagner chacune de vos actions, un filtre visuel qui fera en sorte que votre moniteur dernier cri pensera qu’il a été fabriqué en 1976 et, surtout, une brochette de personnages non-joueurs considérablement insolites.

D’ailleurs, afin de vous donner une petite idée du genre de personnages qu’on peut croiser dans Sludge Life, voici une courte liste du genre de drôles d’oiseaux que j’y ai rencontrés durant mes explorations : un chat qui fume, un homme qui prend sa douche en maillot de bain tout en fumant et en buvant une bière et un homme ligoté à une chaise à l’aide d’un serpent.

Tout comme plusieurs bons simulateurs, Sludge Life vous accompagnera au cours des premières minutes de jeu afin de vous apprendre les commandes de base, puis on vous laissera rapidement le champ libre.

Votre mission principale est à la fois simple et très complexe. Elle consiste à faire des graffitis dans divers emplacements de la carte. Or, la majorité de ces emplacements sont très difficiles à atteindre.

Vous devrez donc mettre à profit votre dextérité en tentant de faire votre chemin et il arrivera que vous deviez accomplir quelques ruses pour vous faciliter la tâche.

Bien qu’on ait rapidement fait un premier tour de piste, je suis prêt à parier qu’on gagne grandement à s’entêter et à creuser davantage. De toute façon, vous n’avez rien à perdre, car Sludge Life est offert gratuitement sur Epic Games Store.

Streets of Rage 4

Streets of Rage 4 Développeurs : Dotemu, Guard Crush Games, Lizardcube Éditeur : Dotemu

Les fans de Streets of Rage auront dû patienter 26 ans entre les sorties du troisième et du quatrième volet de la série vidéoludique.

La patience de cette communauté aura été très payante, car en plus de faire honneur à la légendaire série, le quatrième chapitre de Streets of Rage est frais comme une rose.

Ainsi, comme dans tous les autres volets de cette saga, on vous catapulte dans les rues de la ville pour affronter une horde interminable de voyous auxquels vous devrez servir une bonne raclée.

Ici, qu’on se comprenne bien, ce qu’on nous propose, c’est un grand cru du beat ’em up. Plus vous progresserez à travers les niveaux, plus vous devrez faire preuve de stratégie devant ces vagues d’ennemis.

Vous pourrez toutefois compter sur une excellente brochette de personnages variés disposant d’attaques personnalisées. D’ailleurs, je vous invite fortement à prendre le temps d’essayer chacun de ces personnages, car selon les tableaux et les boss, vous constaterez que certaines attaques se révèlent plus efficaces.

Il faut tout d’abord compléter le mode histoire pour avoir accès au mode de jeu arcade, mais vous pourrez aussi jouer avec un ami en mode local ou en ligne.

Bien que la durée moyenne du jeu soit estimée à trois heures, le potentiel de rejouabilité est très intéressant. Ainsi, les joueurs qui souhaitent maximiser leur expérience devraient y trouver leur compte pour plusieurs heures supplémentaires.

Enfin, ça fait du bien de temps en temps de se replonger dans un mode de jeu qui ne demande pas trop à se casser la tête. Et puis ça défoule !

Streets of Rage 4 est disponible sur PlayStation 4, Nintendo Switch, Xbox One, et Microsoft Windows.