Billy, les fugues et le tennis

CHRONIQUE / La semaine dernière, les propriétaires de chiens d’Alma allaient être divisés par le tout nouveau parc à chiens. En fait, je devrais plutôt parler des nouveaux parcs à chiens, car voilà qu’en plus d’avoir changé l’emplacement de l’attraction canine la plus populaire en ville, on l’a aussi divisée en deux sections dont une qui est réservée aux chiens de petite taille et l’autre, vous l’aurez deviné, aux gros chiens.

Sur papier, l’idée semblait faire l’unanimité, car ainsi, les propriétaires de petits chiens n’auraient plus à s’inquiéter du sort que les gros molosses réserveraient à leur meilleur ami. Or, une fois que le projet est devenu réalité, de nombreux habitués du parc à chiens n’ont pas tardé à faire part de leurs inquiétudes en faisant remarquer notamment que la section réservée aux gros chiens ne semblait pas assez grande pour que ceux-ci puissent courir à leur guise. Et c’est sans compter que l’installation à venir de structures à l’intérieur de cette section laissait présager le pire pour ceux et celles qui considéraient déjà qu’il manquait d’espace.

En ce qui me concerne, je vais vous avouer que je ne sais vraiment pas où me situer par rapport à ces nouveaux parcs à chiens, car en premier lieu, je préfère déambuler dans les rues du quartier avec Billy le Chien, et en plus, Billy n’est ni un petit chien, ni un gros chien, mais plutôt un chien très moyen, et ce, à tous les niveaux.

Il faut savoir aussi que depuis cet été, Billy a découvert le terrain de tennis et ça fait pas mal son bonheur. Maintenant, que personne ne panique : Billy ne va courir au terrain de tennis que lorsqu’il n’y a personne qui joue. Remarquez que c’est plutôt rigolo d’imaginer les joueurs de tennis tenter de jouer alors que Billy court comme un dégénéré parmi eux, mais bon, mieux vaut se faire le film dans sa tête que de tenter l’expérience.

Ce qui donne un petit côté magique au terrain de tennis, c’est que lorsque la chance est du côté de Billy, il peut aller s’y amuser avec son meilleur pote, Falco. Jusqu’à tout récemment, Billy profitait de nos moments de distraction pour aller lui rendre visite en traversant du côté de Michel et Chantale, mais voilà qu’une de nos voisines a décidé de les empêcher de sympathiser en installant une clôture complètement débile. Alors hop, même si je déteste ça que Billy jappe, lorsque je vois que c’est parce qu’il est en train de jaser avec Falco, je le laisse japper à cœur joie, espérant avec amusement que ma voisine ne manque pas un seul mot de leur conversation.

Voilà donc que cette semaine, alors que le froid, le vent et la pluie avaient décidé d’unir leurs forces pour nous offrir une température médiocre, j’ai fini par réussir à convaincre Billy d’aller prendre un peu l’air. On était là à marcher contre le vent qui nous balançait de la pluie glaciale au visage quand soudain, la laisse de Billy s’est détachée de son harnais. L’instant d’après, le bon vieux Billy filait à toute vitesse comme une balle de fusil et c’était plutôt clair qu’il était parti rejoindre son pote Falco.

J’ai donc poursuivi ma route dans la pluie glaciale jusqu’à la maison de Falco et, au moment où j’arrivais, voilà que Chantale était en train de se stationner. « Billy est encore parti ? » qu’elle m’a demandé avec amusement. J’ai confirmé que « oui » et on est donc allé voir dans sa cour arrière, mais aucun signe de Billy.

On a ensuite discuté quelques minutes, puis Chantale a pointé au loin devant elle en me disant que Billy était juste là. J’ai jeté un regard, mais je ne le voyais nulle part.

« Il est juste là-bas sur le terrain de tennis ! », que Chantale a lancé avec amusement.

Et en effet, il était bien là. Alors que la météo se déchaînait, ce bon vieux Billy gambadait comme un fou en tournoyant à toute vitesse autour des filets de tennis.

Alors hop, je ne sais pas trop si le nouveau parc à chiens sera assez grand pour le bonheur du bon vieux Billy, mais de toute façon, son truc à lui, c’est le tennis.