Vérification faite: Alexandre Bissonnette, un «prisonnier politique» ?

L’affirmation: «Le FLQ à l’époque, quand ils ont tué Pierre Laporte, c’était clairement une organisation terroriste, violente et criminelle. Ils se sont retrouvés en prison, et on a dit que c’étaient des prisonniers politiques. […] Même Amnistie internationale explique la différence sur son site : un prisonnier d’opinion et un prisonnier politique, ce n’est pas la même chose. Un prisonnier d’opinion, c’est quelqu’un comme Raïf Badawi, ce blogueur en Arabie Saoudite qui a été enfermé parce qu’il est critique d’un régime totalitaire. […] Un prisonnier politique, c’est quelqu’un qui a commis des crimes. Et c’est ce qu’Alexandre Bissonnette a fait, il a tué du monde. […] C’est quelqu’un qui a des idées, qui des opinions, qui cible un groupe en particulier et qui passe à l’action», a déclaré cette semaine l’animateur du FM 93 Éric Duhaime.

Les faits

M. Duhaime avait tenu des propos semblables la semaine dernière, en commentant le cas d’une enseignante de la région de Montréal qui a perdu son emploi pour des propos xénophobes et qui avait elle aussi qualifié Alexandre Bissonnette de «prisonnier politique». Notons qu’il a insisté sur le fait que peu importe l’étiquette retenue, cela ne diminuait en rien à ses yeux la gravité de la tuerie de la mosquée. Mais l’affaire a eu des répercussions assez grandes sur les réseaux sociaux, alors voyons voir...

Le site d’Amnistie internationale (AI) fait effectivement une distinction entre les prisonniers «politiques» et «d’opinion» [https ://bit.ly/2FbxlGj], et il est vrai que le cas Badawi cadrerait plutôt bien dans cette dernière catégorie : «personne emprisonnée non pour avoir agi, mais pour avoir simplement exprimé ses opinions ou convictions.» Cependant, la définition de «prisonnier politique» d’AI diffère passablement de ce que M. Duhaime a donnée en onde : «personne emprisonnée pour des motifs politiques, c’est-à-dire pour s’être opposé par des actions [violentes ou non] au pouvoir en place.»

À l’extrême limite, on pourrait faire entrer le FLQ dans cette «case» en faisant comme si le souverainisme québécois était une forme d’opposition au «pouvoir en place» à Ottawa, mais ce serait déjà étirer la définition pour la peine. Il est cependant évident qu’Alexandre Bissonnette ne visait aucunement le «pouvoir en place» quand il a abattu 6 personnes en plus d’en blesser 8 autres à la mosquée de Québec.

De manière générale, il existe un certain flou sur ce qui constitue un «prisonnier politique» ou «d’opinion» — on encore «de conscience». Mais la grande majorité des définitions impliquent une opposition au régime ou au pouvoir en place. Certaines sources, comme l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, précisent même explicitement que «les personnes privées de liberté individuelle pour des crimes terroristes ne seront pas considérées comme des prisonniers politiques» (https ://bit.ly/2HlVEgU).

Enfin, notons que M. Duhaime cite également le Secrétariat d’État américain comme l’endroit où il a pris sa définition de «prisonnier politique». Nous n’avons pas trouvé de définition formelle sur le site de ce ministère, mais cette idée d’opposition au régime est clairement présente dans les Rapports par pays sur les pratiques en matière de droits humains consultés par Le Soleil. 

Par exemple, celui sur Cuba cite une liste de l’Union patriotique de Cuba qui comprend 54 personnes «emprisonnées parce qu’elles ont participé à des protestations pacifiques et des assemblées, ou ont défié le gouvernement de quelque autre manière» (https ://bit.ly/2DigcJ6, p. 5).

Verdict

Faux. On peut certainement voir une motivation politique derrière l’attentat de la mosquée de Québec, mais cela ne fait pas d’Alexandre Bissonnette un prisonnier politique pour autant. Cette notion implique presque toujours une opposition au régime en place, chose qui était absente dans la tuerie de janvier 2017.