Pas de lien entre l'autisme et la violence ?

L’affirmation: «L’autisme n’est pas synonyme de problèmes mentaux. C’est un trouble neurobiologique, mais cela n’a rien à voir avec la violence. L’autisme n’est pas la raison pour laquelle quelqu’un prend le volant d’une van et fonce dans une foule», a indiqué Margaret Spoelstra, de l’organisme de défense des droits Autism Ontario, lors d’un entretien avec le Toronto Star. Elle faisait référence au fait que des médias ont rapporté qu’Alek Minassian, qui a tué 10 personnes au camion-bélier cette semaine à Toronto, souffrirait du syndrome d’Asperger (une forme d’autisme). Ce n’est pas la première fois que le lien autisme-violence revient sur la place publique, d’ailleurs : d’aucuns l’avaient évoqué après la tuerie de l’école Sandy Hook parce que le tireur, Adam Lanza, était Asperger lui aussi. Alors voyons voir…

Les faits

Dans l’ensemble, répond d’emblée Baudouin Forgeot d’Arc, psychiatre et spécialiste de l’autisme de l’Université de Montréal, «l’immense majorité des personnes autistes ne sont pas violentes et des crimes comme celui qui est arrivé à Toronto cette semaine leur semblent tout aussi bizarres et horribles qu’aux autres», dit-il. D’ailleurs, la violence ne fait pas partie des critères pour diagnostiquer un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Cette appréciation générale nous a également été confirmée du côté de l’Institut de santé mentale de Québec.

En outre, il n’y a pas grand-chose dans la littérature scientifique pour appuyer l’idée d’une violence plus fréquente chez les autistes. Une revue publiée en 2016 dans la Harvard Review of Psychiatry a bien trouvé quelques études suggérant que les autistes semblent surreprésentés dans les populations carcérales, mais ce n’est pas constant dans toutes les études. Et puis les chercheurs qui comparent les taux de violence entre les autistes et les non-autistes dans la population en générale (pas en prison) ne constatent pas de différence, dans la plupart des cas — à l’exception possible de la pyromanie, mais ce n’est pas sûr. «Ces études n’ont pas montré de manière concluante que les individus ayant un TSA sont plus violents que les individus sans TSA», indique l’article.

M. d’Arc note tout de même qu’il y a une petite étude, parue en 2017 dans le Journal of Psychology, qui a trouvé ce qui semble être une surreprésentation des autistes parmi les «tueurs de masse». Mais on parle ici d’une petite étude et d’une infime poignée de cas — six tueurs qui avaient un diagnostic ou des symptômes d’autisme sur un échantillon de 73 tueries —, si bien qu’on ne peut absolument rien en déduire sur les TSA en général.

Et même si des études futures venaient confirmer cette surreprésentation, cela ne voudrait pas forcément dire que c’est l’autisme lui-même qui augmente le risque, prévient M. d’Arc. On sait par exemple que l’isolement social est un facteur de risque pour une foule de crimes — les mass killers traversent typiquement une période d’isolement plus ou moins longue juste avant de passer à l’acte. Or «beaucoup de personnes autistes vivent de l’exclusion sociale, plus que la moyenne, indique M. d’Arc. Ils sont aussi plus souvent victimes d’abus ou d’autres stresseurs. […] Alors s’ils étaient vraiment surreprésentés parmi les criminels, est-ce que ce serait à cause de leur autisme ou à cause de ces autres facteurs-là?»

Enfin, souligne M. d’Arc, il faut noter que l’autisme ne désigne pas une maladie bien définie, mais plutôt un ensemble de symptômes possibles dont les combinaisons et la gravité varient d’un individu à l’autre. S’il s’en trouve qui sont plus portés sur la violence (de la même manière que certains non-autistes le sont), «il s’en trouve aussi qui sont extrêmement scrupuleux des règles, alors chez eux l’autisme est un facteur qui prévient les délits plutôt que les favoriser».

Le Verdict

Vrai. On peut trouver quelques études qui suggèrent une violence plus fréquente chez les autistes, mais elles sont contredites par d’autres. De même, il est possible qu’une sous-population d’autistes soit surreprésentée chez les tueurs de masse mais, même si c’est bien le cas, cela ne concerne qu’une partie absurdement mince des gens qui ont un TSA. Dans l’ensemble, le lien autisme-violence est étudié depuis des décennies, et si l’on n’a toujours pas trouvé de preuve concluante que ce lien existe, cela doit vouloir dire quelque chose...