Isabelle Légaré
Le dentiste Martin Lemay apporte sa touche d’humour et son talent musical en ces temps de coronavirus.
Le dentiste Martin Lemay apporte sa touche d’humour et son talent musical en ces temps de coronavirus.

Le dentiste et sa guitare [VIDÉO]

CHRONIQUE / Martin Lemay s’ennuie un peu ces jours-ci. Il a donc sorti sa guitare pour chanter ses états d’âme de dentiste désœuvré depuis que la COVID-19 a fermé sa clinique.

«Ouais, mais c’t’assez tranquille»…

S’inspirant du succès La dévisse, des Cowboys fringants, le docteur Lemay a eu la bonne idée de faire un peu d’humour à défaut de pouvoir soigner des caries.

Martin Lemay se joint à tous ces gens qui usent d’une imagination fertile sur les réseaux sociaux pour, un tant soit peu, nous permettre de sourire malgré tout.

«Je ne prends pas la situation à la légère, mais j’ai eu envie de détendre un peu l’atmosphère.»

Le dentiste de Trois-Rivières a réalisé une vidéo franchement sympathique dans laquelle il entonne des paroles de son cru... «J’ai dû retourner les filles à maison... Et les pauvres secrétaires annulent tous les rendez-vous pour les remettre jusqu’au mois d’août…»

Pour passer le temps, le dentiste a fait quelques poissons avec des gants, comme ceux qu’il avait l’habitude de remettre aux enfants qui se brossent bien les dents.

En y regardant de plus près, je croirais plutôt reconnaître la forme du virus à couronne, une observation qui amuse celui qui se présente comme «un gratteux de guitare autour d’un feu de camp».

Pour filmer le tout, Martin Lemay a eu l’aide de sa fille en congé forcé de l’université. Elle aussi se cherche quelque chose à faire pour changer le mal de place en cette période de confinement pour tous, ou presque.

«C’est une situation déplorable, tout le monde est très affecté, mais au-delà de cela, je pense qu’il y a place à l’humour.»

Plus sérieusement, le dentiste ne cache pas qu’il a hâte de reprendre du service. Sa clinique est ouverte pour les urgences seulement. «Pourvu que la personne ne présente pas des facteurs de risque comme de la fièvre ou qu’elle n’a pas voyagé récemment.»

Le docteur Lemay espère que la population ne sera pas laissée sans soins dentaires pendant une trop longue période. Un nettoyage, ça peut toujours attendre, mais un traitement orthodontique, c’est plus embêtant, donne-t-il en exemple avant d’ajouter qu’une dent cassée ou un plombage tombé en croquant dans un biscuit, ça finit par faire mal.

Le dentiste a écrit à son ordre professionnel afin de proposer des mesures pouvant être prises dans ce contexte de pandémie.

«Les cliniques dentaires modernes sont un peu comme des mini-hôpitaux. COVID ou non, nous sommes habitués de travailler avec des gants et des masques. On fait déjà comme si tous les patients étaient contagieux. Notre personnel est formé pour appliquer les normes de la façon la plus stricte possible.»

Il propose que la salle d’attente soit temporairement éliminée afin de respecter les directives sur la distanciation sociale.

Dossier à suivre.

Jusqu’à preuve du contraire, les cliniques sont fermées jusqu’à la fin mars.

«Il faut préparer la suite», rappelle Martin Lemay. Surtout si la situation s’étire…

À ce jour, ses patients comprennent bien la situation, mais il a hâte d’avoir des réponses pour eux.

En attendant, le dentiste sort sa guitare et rappelle qu’entre deux lavages de mains, c’est important de se brosser les dents et de garder le sourire.