Dominic Gagnon serre des mains et se présente aux gens comme le candidat qui ne fera pas monter le compte de taxes, qui dénonce le bac brun, qui explique ses convictions. Il a un tempérament rieur, il sourit souvent et parle beaucoup.

Gagnon, le candidat qui veut convaincre

Notre chroniqueur Roger Blackburn s’est invité dans la course à la mairie de Saguenay en vue des élections municipales du 5 novembre. Il a passé une journée avec chacun des candidats pour vivre le quotidien d’une campagne électorale. Il a côtoyé Jean-Pierre Blackburn, le bon père de famille doté d’une grande sensibilité, Josée Néron, une femme organisée et structurée, Dominic Gagnon, un verbomoteur inspiré par les saines habitudes de vie, et Arthur Gobeil, l’anti-politicien à l’écoute du milieu. Aujourd’hui, Dominic Gagnon.

Né à Jonquière, l’urgentologue Dominic Gagnon travaille à La Baie et son local d’élection a pignon sur rue à Chicoutimi, sur la rue Racine. Il s’est offert pour être mon chauffeur toute la journée à bord de sa Toyota Prius, une voiture hybride qui manque un peu d’amour dit-il. Ça fait partie de ses valeurs environnementales d’user sa voiture au maximum.

« Elle a 234 000 km, je vais mettre un peu d’argent pour son entretien après les élections. Il n’y a pas seulement la consommation d’essence qui est mauvaise pour l’environnement, la fabrication aussi. C’est pour ça que je ne change pas de voiture aux trois ans », fait valoir le candidat à la mairie de Saguenay avec qui j’ai passé la journée de lundi.

Dominic Gagnon est un homme qui cherche à convaincre. Il serre des mains et se présente aux gens comme le candidat qui ne fera pas monter le compte de taxes, qui dénonce le bac brun, qui explique ses convictions. Il a un tempérament rieur, il sourit souvent et parle beaucoup.

Lundi, il a parlé toute la journée. Entrevue à Radio-Canada, entrevue à Rouge FM, conférence de presse à 10 h au local de la rue Racine, rencontre avec des personnes âgées dans une résidence de La Baie avec la candidate Martine Gauthier et dîner au Café Summum.

« Dans les restaurants, je me garde une petite gêne, je ne veux pas déranger les gens pendant qu’ils mangent. C’est leur moment d’intimité à eux, ils payent pour ça, je respecte ça », fait valoir le médecin que la serveuse a reconnu en se rappelant une de ses visites à l’urgence.

100 heures par semaine

Quand j’ai contacté Dominic Gagnon pour prendre rendez-vous avec lui, il venait de travailler deux nuits à l’urgence et il fallait trouver un trou dans son horaire. « Ces temps-ci, je roule à 100 heures par semaine, je suis arrivé tard dans la campagne et je prends les bouchées doubles », témoigne celui qui a remplacé Jean-Pierre Blackburn à la tête du Parti des citoyens de Saguenay qu’il nomme l’Équipe Dominic Gagnon.

Il se décrit comme un scientifique. « J’ai l’esprit cartésien, je creuse les dossiers pour être en mesure d’en parler. Je crois que je suis le candidat le plus vert dans cette élection, les valeurs environnementales sont très importantes pour moi », précise-t-il.

Les saines habitudes de vie font aussi partie de son discours. « Il faut de saines habitudes alimentaires, de saines habitudes physiques, de saines habitudes de santé préventive et de saines relations interpersonnelles. Je résume souvent les concepts avec le chiffre quatre, c’est mon chiffre fétiche. Mon père et ma mère sont nés un quatre. C’est comme les quatre valeurs en or de Saguenay : l’or blanc (neige), l’or bleu (fjord), l’or vert (forêt) et l’or gris (aluminium et la matière grise de nos citoyens) », exprime celui qui avoue ne pas avoir de saines habitudes alimentaires depuis le début de la campagne électorale.

À l’aise avec tout le monde

Dominic Gagnon est à l’aise avec tout le monde, les jeunes comme les gens âgés. « Après mes études, j’ai fait une spécialisation en gérontologie, alors je connais bien les dossiers des aînés. » Père d’un garçon de cinq ans, il connaît les réalités familiales et travaille présentement sur un projet pour les jeunes de 0 à 5 ans. Il était d’ailleurs très à l’aise de rencontrer les responsables de La Bambinerie du fjord à La Baie qui intervient auprès de cette jeune clientèle. Il a accepté, au cours de la journée, de participer à des rencontres avec les organismes communautaires de Saguenay pour discuter avec eux de différents sujets.

« Je suis sorti de l’université dans la crise des urgences, il y avait des besoins et c’est pour ça que j’ai orienté ma carrière dans les urgences. C’est plus diversifié comme intervention, tous les cas sont là et on doit être à l’écoute des gens. Comme médecin, on doit parler avec les gens, ce qui est aussi un des aspects de cette campagne électorale », explique celui qui est bien connu pour ses exploits sportifs en ski de fond et son implication pour le Grand défi Pierre Lavoie.

Journée du maire

Dans sa définition de saines habitudes dans ses relations interpersonnelles, le Baieriverain promet à qui veut l’entendre qu’il veut instaurer la journée du maire à Saguenay. « Si je suis élu, une fois par mois, je vais inviter les citoyens qui veulent rencontrer le maire pour faire part de leurs doléances ou pour proposer des projets à venir me rencontrer », fait-il valoir.

Ses attaques envers les autres candidats et les saines relations interpersonnelles semblent être en contradiction, mais Dominic Gagnon assure qu’il ne fait que se prêter au jeu des débats. Il m’informe qu’il a gagné des concours oratoires étant plus jeune, et que ça lui facilite la tâche dans les débats et lors d’entrevue avec les médias. « Plus on en fait, plus on développe des habiletés, mais là je dois avouer que je suis en entraînement intensif », convient-il.