Les feuilles démissionnent des arbres, c’est l’automne. Ça fait de beaux tapis multicolores sur les gazons, les jeunes en profitent pour se faire enterrer de feuilles avant de se faire enterrer de neige comme tous les hivers.

Faudra se mettre au «feuillicyclage»

CHRONIQUE / Les feuilles démissionnent des arbres, c’est l’automne. Ça fait de beaux tapis multicolores sur les gazons, les jeunes en profitent pour se faire enterrer de feuilles avant de se faire enterrer de neige comme tous les hivers.

Ça fait partie aussi des corvées. Ça dépend des propriétaires, certains n’ont pas de problème avec les feuilles, d’autres sont envahis par les feuilles d’érable qui se laissent secouer par le vent et les gouttelettes de pluie alors que d’autres n’aiment tout simplement pas les avoir sur leur terrain et les ramassent pour s’en débarrasser.

Peu importe votre relation avec les feuilles mortes, l’important, c’est de ne pas les envoyer à l’enfouissement sanitaire. « On paye pour enfouir de l’eau. Les feuilles sont constituées à plus de 80 % d’eau, alors quand on les met au chemin comme des vidanges domestiques, ce sont des sacs d’eau en grande majorité qu’on met aux poubelles », image Louise Bolduc, chargée de projet pour le groupe environnemental Eurêko et responsable de la patrouille environnementale de l’organisme à but non lucratif.

« La meilleure chose à faire avec les feuilles mortes, c’est de les laisser sur le gazon. On suggère aux gens d’utiliser la méthode de feuillicyclage. On utilise une tondeuse pour déchiqueter les feuilles qui demeurent sur le terrain tout l’hiver. Ça demeure le meilleur engrais naturel disponible pour les gazons », fait valoir la spécialiste en environnement.

Trop, c’est comme pas assez

Les plus écolos d’entre vous l’utiliseront pour le compost, mais pour ceux qui ne sont pas rendus là encore, vous pouvez les ramasser et les apporter à l’écocentre le plus près de chez vous. C’est le cas de Steeve Picard, de Chicoutimi, que j’ai rencontré lundi en pleine corvée de ramassage de feuilles sur son terrain et sur une bande gazonnée appartenant à la municipalité. « J’ai rempli une vingtaine de sacs cette semaine. Je profite de ma journée de congé pour ramasser les feuilles, il y a au moins une vingtaine d’arbres, ici, sur la bordure de la route. Mes voisins font la même chose », raconte le propriétaire.

« Je les entasse dans des sacs de papier recyclables, mais une fois rendus à l’écocentre, je dois vider les sacs dans le conteneur », témoigne le photographe à la base de Bagotville. C’est ce que conseille le site Internet de Saguenay. « En prenant le temps de disposer de vos feuilles mortes, vous pourrez ainsi être assurés que ces résidus végétaux seront utilisés, en totalité, pour faire de la valorisation énergétique », indique un communiqué émis le 17 septembre.

Pas de collecte verte

Les services municipaux ne feront pas de collecte verte, cet automne, mais c’est la dernière année que vos feuilles mortes iront au site d’enfouissement sanitaire. « À partir du 1er décembre 2017, la collecte des déchets ne ramassera plus de sacs de vidanges le long des rues. Nous ferons un appel d’offres au mois de janvier 2018 pour un contrat de collecte de résidus verts, mais il est trop tôt présentement pour savoir comment ça va fonctionner et à quelle fréquence cette collecte se fera », informe Marie-Hélène Lafrance du service des communications de Saguenay.

Ce n’est pas parce que c’est la dernière année qu’il faut se dépêcher de mettre vos feuilles dans des sacs verts comme j’ai la mauvaise habitude de le faire depuis des années. Comme bien des gens, nous devons être sensibilisés pour changer nos mauvaises habitudes. Il y a des limites à payer pour enfouir de l’eau. J’ai acheté des sacs de papier à la quincaillerie et je vais disposer des résidus verts autrement. Il n’est jamais trop tard pour bien faire et ça va diminuer les quantités de matières destinées à l’enfouissement. Les petits gestes comptent aussi.

Mine de rien, on va finir par devenir écolo, un petit geste à la fois. Après le feuillicyclage, on va se mettre à faire de l’herbicyclage et je vous gage mes sacs de feuilles mortes que d’ici cinq ans je vais faire du compostage et que je vais trouver ça normal (les biodéchets représentent près de la moitié de la poubelle moyenne d’un ménage, de 40 % à 60 % de son poids, selon le Centre national d’information indépendante sur les déchets).