En l’espace d’une matinée, Éric Salvail est tombé de son trône de roi de la télé, pour des actes à caractère sexuel. Et le soir, Gilbert Rozon abandonne la présidence du Groupe Juste pour rire, éclaboussé par des allégations d’agression.

Double bombe dans le milieu artistique

CHRONIQUE / Pas une bombe, mais deux. En l’espace d’une matinée, Éric Salvail est tombé de son trône de roi de la télé, pour des actes à caractère sexuel. Il a perdu son talk-show, son micro à la radio, ses contrats de publicité. Et le soir, Gilbert Rozon abandonne la présidence du Groupe Juste pour rire, éclaboussé par des allégations d’agression. Personne n’est intouchable, ni l’animateur préféré des Québécois, élu personnalité masculine au dernier Gala Artis, ni un dragon et richissime homme d’affaires, vedette de la télé française.

Ainsi donc, Éric Salvail a eu des inconduites sexuelles durant plusieurs années, des comportements dégradants et inacceptables. Dans un dossier très étoffé de La Presse+, signé Katia Gagnon et Stéphanie Vallet et publié mercredi, 11 personnes révèlent en avoir été victimes ou témoins. Parmi eux, le maquilleur et coiffeur Marco Berardini raconte qu’Éric Salvail l’a invité chez lui pour lui demander des conseils sur son look, et en a profité pour s’exhiber en petite culotte noire devant lui. Son refus de répondre à ses avances répétées a envenimé ses relations professionnelles avec l’animateur par la suite, de sorte qu’il a dû abandonner son emploi. M. Berardini a accepté que son nom soit dévoilé, parce qu’il travaille désormais à Los Angeles. Les récentes allégations de harcèlement sexuel contre le producteur américain Harvey Weinstein l’ont bouleversé et le mouvement #moiaussi sur les réseaux sociaux l’a incité à parler.

D’autres personnes, qui ont requis l’anonymat par crainte de représailles, relatent qu’Éric Salvail montrait son pénis en diverses situations et tenait des propos déplacés à connotation sexuelle. Ces témoins toléraient ces agissements de peur de perdre leur travail. Les événements se sont déroulés de 2000 à 2015. Une recherchiste raconte un incident plutôt gênant, qui s’est déroulé alors qu’elle était en conversation téléphonique. L’animateur la pressait de se tourner vers elle. «Quand je me suis retournée, j’avais le pénis d’Éric Salvail en pleine face», a-t-elle raconté à La Presse+.

D’autres témoins relatent l’ambiance teintée de malaise qu’il pouvait produire sur les lieux de travail, montant sur la table pour exhiber ses parties intimes durant une réunion de production, empoignant les fesses d’un caméraman, ou alors l’entrejambe d’un jeune employé durant un party.

Devant la gravité des allégations, diffuseurs et commanditaires n’ont pas mis de temps à se dissocier d’Éric Salvail. Le premier étant Rouge FM, qui lui a retiré son émission du retour à la maison, Éric et les fantastiques, aussi diffusée à Québec. Plus tard, V allait suivre en annonçant la suspension pour une période indéterminée d’En mode Salvail. Du même coup, le diffuseur a annoncé qu’elle évaluait sa relation d’affaires avec la compagnie de production de l’animateur, Salvail & Co, qui produit aussi sur ses ondes l’émission Coup de foudre.

La divulgation de ces témoignages a aussi fait fuir Metro et Éco Entreprises Québec, dont il est le porte-parole, de même que des commanditaires comme McDonald’s. Avec Air Transat, l’animateur devait se rendre chercher 150 téléspectateurs pour assister au tournage d’En mode Salvail, passant par Rouyn-Noranda, Bagotville, Sept-Îles et Québec. La compagnie aérienne a dû rebrousser chemin et renvoyer les gens chez eux.

Cette bombe a des conséquences énormes et laisse plusieurs cratères dans les grilles horaires de plusieurs diffuseurs. À V, Éric Salvail devait en principe tourner une nouvelle saison des Recettes pompettes pour l’hiver, et lancer un livre associé à l’émission le 9 novembre prochain. Chez Z, on affirme que la diffusion du talk-show Maripier! , qu’il produit, se poursuit comme prévu. Pour Les échangistes, dont la troisième saison est déjà annoncée pour le printemps prochain à ICI Radio-Canada Télé, on ne sait rien; le diffuseur public dit vouloir réévaluer ses liens d’affaires avec l’animateur et producteur. «Des décisions à ce sujet seront prises selon l’évolution de la situation», nous dit-on par voie de communiqué, rappelant qu’aucune plainte n’a été formulée à la direction contre Éric Salvail.

Pour sauver Salvail & Co, quelques-unes de ses productions et les emplois d’au moins une soixantaine de personnes, l’animateur pourrait-il vendre l’entreprise et en changer le nom, un peu comme on avait fait avec Les Productions Guy Cloutier, devenues Novem? Autour d’Éric Salvail gravitent déjà des pros, toutes des femmes, qui peuvent très bien la faire fonctionner en son absence, comme Nathalie Brigitte Bustos, anciennement chez V, ou encore la productrice exécutive, Vivianne Morin. Du moins jusqu’à ce qu’on statue sur le cas de l’animateur. En entrevue à TVA Nouvelles, la directrice de production Justine Archambault a été l’une des rares à se porter à sa défense, disant n’avoir jamais été témoin de gestes déplacés de sa part.

Bien entendu, les allégations, même sérieuses, ne permettent pas de faire le procès d’Éric Salvail. D’autant qu’aucune accusation n’a été portée contre lui. Sur sa page Facebook, l’animateur a annoncé qu’il prenait une pause «de quelques jours» pour réfléchir, et qu’il n’avait «jamais eu l’intention d’indisposer quiconque.» «J’aborde cette situation avec énormément d’empathie pour tous ceux et celles à qui j’aurais pu causer un malaise ou quelque forme de préjudice que ce soit», écrit-il. Je doute que ce soit suffisant pour calmer le jeu.

La question qui m’a été posée le plus hier : Est-ce que la carrière d’Éric Salvail est finie? Honnêtement, je vois mal comment il pourra se remettre de celle-là. Mais aujourd’hui, le sort des personnes qui ont subi les inconduites sexuelles de l’animateur devrait nous préoccuper davantage.

Adoré du public, l’animateur jouissait aussi de l’approbation des artistes, qui allaient avec plaisir à son émission. Contrairement à Tout le monde en parle, où on craint parfois le montage et les questions pièges, on allait à En mode Salvail la tête tranquille, se prêtant au pire à des jeux parfois désagréables, mais innocents. Du moins devant les caméras.

On entendait souvent qu’Éric Salvail était sur son «X», qu’il avait atteint son but ultime. Mercredi matin, c’est le rêve du petit gars de Sorel, fan de télé de la première heure, qui s’est écroulé. Et il n’a que lui à blâmer.

EN MODE SNYDER?

Parmi les hypothèses qui ont beaucoup circulé hier, plusieurs voient déjà Julie Snyder prendre la relève d’Éric Salvail dans la case horaire de 22h à V, comme à la belle époque du Poing J. Bien tôt pour en parler, mais avouons que ce serait la meilleure solution. Julie Snyder, qui répète depuis plusieurs mois qu’elle souhaite revenir au talk-show, aurait certainement préféré le faire dans des conditions plus heureuses.