Kloé Jetté-Francoeur rêve de posséder son propre restaurant et être propriétaire d’une ferme. L’ambition de cette jeune fille de 13 ans est un exemple de courage et de persévérance.

Le courageux combat de Kloé

CHRONIQUE / Kloé a 13 ans et elle rêve au jour où elle pourra ouvrir son restaurant. C’est son but. Être chef de son propre resto et, aussi, être propriétaire d’une ferme dans sa région natale de la Haute-Gatineau. « J’adore les animaux », dit-elle.

Cette jeune adolescente de Gracefield excelle en cuisine. « Je fais à souper chez moi depuis que j’ai huit ans, affirme-t-elle. Je prépare des recettes de ma grand-mère et de ma mère. Les desserts sont ma spécialité. C’est tellement bon, des desserts. »

Quel est ton dessert préféré ? que je lui demande.

« Ai-je le droit de répondre : tous les desserts ? », demande-t-elle à son tour de son sourire taquin.

L’an dernier, Kloé Jetté-Francoeur a remporté la compétition culinaire amicale « Le Défi des Chefs » de Leucan Outaouais. Et avis à tous ceux qui prendront part à la troisième édition de cette populaire soirée, en mars prochain, la chef Kloé sera de retour. Prête à défendre son titre et à relever ce nouveau défi.

Et des défis, Kloé en a relevé dans sa jeune vie. Depuis les six dernières années, elle mène un combat presque sans relâche contre la maladie. Cette satanée maladie qui nous fait tous frémir de peur et qui s’acharne sur elle. Et son combat dure toujours…

« J’avais sept ans et j’étais à l’école lorsqu’une enseignante a remarqué que j’avais une bosse sur le ventre, raconte Kloé. Je n’avais pas de symptômes ou de douleurs, mais je ne mangeais plus depuis quelques jours, j’avais perdu l’appétit. Puis du jour au lendemain, cette grosse bosse est apparue. L’enseignante en a parlé à ma mère, et mes parents m’ont tout de suite emmenée à l’Hôpital de Maniwaki. »

Kloé a été transférée à l’Hôpital de Gatineau quelques minutes après son arrivée. Puis transférée à nouveau, cette fois-ci au Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO), à Ottawa. Là où elle allait être hospitalisée pendant un mois.

Kloé était atteinte d’une tumeur de Wilms, une tumeur cancéreuse qui s’était attaquée à l’un de ces reins.

« Je ne savais même pas ce que voulait dire le mot «cancer», se souvient-elle. J’avais sept ans, j’étais trop jeune pour le savoir. Par contre, je savais que c’était sérieux. J’ai dit à ma famille que j’allais battre ce cancer et j’ai averti tout le monde de ne jamais pleurer devant moi. Encore aujourd’hui, je ne veux pas que les gens pleurent devant moi. Parce que de les voir pleurer me fait pleurer. »

Durant le mois qui a suivi son admission au CHEO, Kloé a dû subir une chirurgie afin que les médecins puissent retirer le rein affecté. « La tumeur était grosse comme un ballon de football », laisse-t-elle tomber.

Puis une myriade de traitements de radiation et de chimiothérapie a suivi. Et les traitements de « chimio » se sont poursuivis pendant plusieurs mois après son congé de l’hôpital. Disons que les parents de Kloé pourraient aujourd’hui parcourir la route Gracefield-Ottawa les yeux fermés.

Le cancer a finalement lâché prise, Kloé allait mieux et elle était retournée à l’école.

Mais en février 2015, une IRM (imagerie par résonance magnétique) a permis de déceler une masse sur le foie ainsi que des métastases sur les poumons de la jeune fille.

D’autres traitements de chimiothérapie et de radiation allaient être nécessaires. « Pendant des mois, c’était trois semaines de chimio, une semaine de break », lance Kloé.

Une autre rémission a suivi et celle-ci a duré plus d’un an.

Mais en octobre 2016, le cancer s’est attaqué à l’autre rein de la jeune fille maintenant âgée de 10 ans. Et cette fois-ci, les médecins du CHEO n’y pouvaient rien.

Kloé a été transférée au Hospital for Sick Children de Toronto où l’on a procédé à une délicate intervention chirurgicale pour retirer une tumeur au rein.

Elle a été hospitalisée là-bas pendant deux semaines avant de pouvoir rentrer à la maison.

Kloé a célébré ses 13 ans le 8 août dernier. Ce jour-là, les médecins du CHEO lui ont annoncé que le cancer avait (encore une fois) récidivé. Son rein, toujours. Et une autre masse à l’abdomen.

Cette fois-ci, les médecins ont dit aux parents de la jeune adolescente qu’il n’y aurait plus de chirurgie, qu’ils ne pouvaient plus faire disparaître les tumeurs et qu’ils pouvaient seulement tenter de les contrôler. Kloé suit des traitements de « chimio » par voie orale depuis.

Vois-tu le jour où tu pourras cesser tous ces traitements, Kloé ?

« Oui, répond-elle. Et j’ai hâte. J’ai vraiment hâte. »

Puis nous nous sommes amusés à tenter de trouver un nom drôle et original pour son futur restaurant. Pour rire un peu. Juste rire.

Le 21 mars prochain, Kloé Jetté-Francoeur sera jumelée au rédacteur en chef du Droit, Patrice Gaudreault, dans le cadre de la troisième édition du « Défi des chefs », une compétition culinaire amicale entre 11 équipes organisée au profit de Leucan Outaouais.

La soirée se tiendra au Palais des congrès de Gatineau et 700 convives sont attendus.

Pour se procurer des billets : Leucan Outaouais au 819-663-2228.