Dans la pièce «La dernière pendaison», les comédiens bénévoles Gilles Bélanger et Guy Rouleau incarnent les deux derniers hommes à avoir été pendus à l’ancienne prison de L’Orignal, en 1935.

La dernière pendaison [VIDÉO]

CHRONIQUE / Leur façon de donner au suivant est si originale qu’elle leur a valu le prestigieux prix June Callwood pour contribution bénévole exceptionnelle, une distinction remise par le ministère des Affaires civiques et de l’Immigration de l’Ontario.

Ils sont 18 comédiens bénévoles. « Bénévoles » parce qu’ils remettent tous leur cachet à des organismes de bienfaisance de l’Est ontarien. Un geste qu’ils posent annuellement depuis les huit dernières années.

Et « comédiens» parce qu’ils totalisent ensemble près de 220 années d’expérience de scène.

Leur nom : la Troupe des non-coupables.

Depuis maintenant huit étés, cette troupe de théâtre présente la pièce La dernière pendaison, une pièce historique écrite par Guy Rouleau (qui est aussi comédien) et qui raconte l’histoire des deux derniers hommes à avoir été pendus à l’ancienne prison de L’Orignal dans l’Est ontarien, en 1935.

Ce qu’il y a de magique et d’unique dans tout ça, c’est que le premier acte de cette pièce est présenté sous un chapiteau dans la cour de la prison où a eu lieu cette dernière pendaison. Et le deuxième acte est joué dans le Palais de justice de L’Orignal, là où s’est déroulé le procès des deux hommes trouvés coupables et pendus en 1935.

« Certains spectateurs sont assis dans le jury, à la même place où se trouvaient les membres du jury qui ont rendu le verdict de culpabilité il y a presque 85 ans, dit Gilles Bélanger, comédien et metteur en scène de cette pièce. C’est l’une des plus anciennes salles d’audience en Ontario où des procès avec jury se déroulent encore à ce jour. Un grand merci à la Procureure générale de l’Ontario, aux juges et aux avocats qui nous accordent la permission de l’utiliser », ajoute-t-il.

« J’ai écrit cette pièce en joual, en canadien-français, comme nos ancêtres le parlaient, dit l’auteur Guy Rouleau. Et pour le deuxième acte, qui se déroule dans la salle d’audience, j’ai trouvé la transcription du procès de Ledoux et Sanschagrin (les deux hommes trouvés coupables en 1935) aux Archives nationales à Toronto, et le dialogue est presque le verbatim de la transcription de ce procès. C’est assez fascinant. »

La pièce La dernière pendaison est présentée annuellement à huit reprises, soit pendant quatre fins de semaine consécutives. La première de la saison 2019 sera présentée le vendredi 31 mai.

Au cours des huit dernières années, la Troupe des non-coupables a remis plus de 60 000 $ à des organismes de bienfaisance de l’Est ontarien. « La moitié des profits sont versés à l’ancienne prison de L’Orignal qui est devenue un attrait touristique pour le village. Et l’autre moitié des profits sont remis aux 18 comédiens.

«Mais personne dans la troupe ne touche un seul sou noir de l’été puisque nous donnons tous notre cachet aux organismes d’ici, souligne M. Rouleau. Tous les comédiens sont fiers de pouvoir aider de cette façon. Nous avons tous l’amour du théâtre, et nous aimons tous aider. En fait, la majorité des comédiens sont avec nous depuis le début, en 2010, et ils seront de retour cet été pour donner au suivant encore une fois. Notre mandat est humanitaire. Nous sommes là pour redonner à la communauté.»

L’an dernier, la Troupe des non-coupables a remis des dons totalisant 6 000 $ à différents organismes tels le Centre Miriam qui aide les jeunes mères dans le besoin, le programme des petits-déjeuners à l’école secondaire publique Le Sommet à Hawkesbury, et les banques alimentaires de L’Orignal et de Hawkesbury pour ne nommer que ceux-ci.

«Nous tentons d’aider toutes les générations, précise Gilles Bélanger. L’an dernier, par exemple, nous avons remis 1000 $ pour l’achat d’appareils d’assistance personnelle pour les aînés de l’Est ontarien dans le besoin, et nous avons remis 1200 $ au Fonds Habineige qui donne gratuitement des vêtements d’hiver pour enfants aux familles défavorisées.

«Notre objectif cette année est fixé à 7 500 $. Les demandes d’aide que nous avons reçues cette année totalisent cette somme. Et puisque les dons sont déjà promis, nous n’avons d’autre choix que d’atteindre notre objectif», conclut-il en souriant.

Pour des billets : dernierependaison.eventbrite.ca ou communiquez avec Louise Bédard au 613-675-4661, poste 8107.