L’ancien maire Yves Ducharme peut en témoigner: Bernard Landry ne voulait pas du nom de Hull pour la fusion.

Hull? Gatineau? La légende d’un nom

CHRONIQUE / La Ville de Gatineau est-elle passée à un cheveu d’être nommée Hull lors de la fusion des municipalités en 2002?

Non, répond Gilbert Lacasse, le président du Comité de transition de l’Outaouais chargé d’établir les bases de cette nouvelle ville.

Mais oui, la nouvelle ville a bien failli se nommer Hull, répond pour sa part l’ancien maire de Hull et de la nouvelle Ville de Gatineau, Yves Ducharme.

Dans le cadre de la « grande entrevue » de samedi dernier, Gilbert Lacasse a déclaré ce qui suit sur cette question du nom : « Notre comité avait le pouvoir de recommandation au gouvernement. Nous étions unanimes et nous n’avons recommandé qu’un seul nom, soit celui de Gatineau. Et le gouvernement l’a immédiatement approuvé. Fin de l’histoire. »

Pourtant… une autre histoire, qui refuse de mourir depuis 2002, veut que ce soit le premier ministre du Québec de l’époque, Bernard Landry, qui ait catégoriquement refusé que la nouvelle ville porte le nom anglais de Hull.

« Une légende urbaine, cette histoire », affirme M. Lacasse.

Pas du tout, lui répond Yves Ducharme…

Le Comité de transition de l’Outaouais n’était pas au courant des démarches de ce dernier auprès de Québec pour que la nouvelle ville se nomme Hull. Mais si Bernard Landry n’avait pas succédé au premier ministre Lucien Bouchard en mars 2001, quelques mois avant les fusions municipales au Québec, probablement qu’on parlerait aujourd’hui de la Ville de Hull comme la quatrième plus grande ville au Québec, et non de Gatineau.

Dans un courriel transmis au Droit samedi, l’ancien maire Ducharme a tenu à rétablir les faits. En voici des extraits :

« L’histoire du nom et du rôle qu’a eu Bernard Landry dans cette affaire est loin d’être une légende urbaine, a écrit M. Ducharme. Bernard Landry nous l’a dit en personne dans son bureau. J’étais avec Charles Masse (du Groupe Heafey). Nous y étions pour discuter des programmes de subvention en matière de hautes technologies. »

« Bernard Landry, alors vice-premier ministre du Québec, avait demandé à Charles Masse : “Elle va s’appeler comment la nouvelle ville ?” Charles Masse lui a répondu : “Hull.” M. Landry a alors repoussé sa chaise vers l’arrière de son bureau en disant : “Jamais de la vie. Je vais mettre mon veto là-dessus. Jamais je n’accepterais que la nouvelle ville porte un nom anglophone.” Je lui avais alors répondu : “Mais la Ville de Hull vient de célébrer ses 200 ans d’histoire !” Rien à faire. Il ne voulait rien entendre. »

Ce que le vice-premier ministre Landry ne savait pas, c’est que Yves Ducharme avait une entente confirmée par la ministre des Affaires municipales, Louise Harel. « J’avais obtenu cette concession de Mme Harel en lui partageant que j’étais le seul maire de la région à travailler pour cette fusion et, qu’en échange, je ne demandais qu’une seule chose ; que la nouvelle ville se nomme Hull », raconte M. Ducharme dans son courriel. Et il ajoute que dans un avant-projet de loi rédigé à Québec en 2001, la nouvelle ville en Outaouais portait le nom de Hull.

Cette entente entre lui et la ministre Harel est cependant tombée à l’eau lorsque Bernard Landry a succédé à Lucien Bouchard à la tête du Québec en mars 2001. La nouvelle ville en Outaouais n’allait pas se nommer Hull, parole du premier ministre du Québec. Quelques mois plus tard, le Comité de transition dirigé par Gilbert Lacasse recommandait le nom : Gatineau.

« Cette histoire est restée gravée dans ma mémoire comme pas une, conclut M. Ducharme dans sa missive. Loin d’être une légende urbaine, cette histoire est bel et bien réelle. »

Vérifications faites auprès de Charles Masse… Yves Ducharme dit vrai.

« Je me souviens clairement de cet épisode, a dit M. Masse lorsque joint dimanche. M. Landry avait même ajouté : “Il faudra qu’on me passe sur le corps avant que la ville porte un nom anglais.” Yves a bien tenté de le convaincre. Mais il n’y avait rien à faire. C’était un non catégorique et définitif. »