Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Billie-Anne Leduc
<em>Le Déjeuner sur l’herbe</em>, Édouard Manet, 1863
<em>Le Déjeuner sur l’herbe</em>, Édouard Manet, 1863

Tu es suffisant

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / J’ai besoin de vous dire, de me dire : tu es suffisant. Assez.

De le répéter, comme un mantra, pour être-au-monde. Présent, dans l’espace et le temps.

Pour exister.

Pour dire aux arbres, à la poussière et à la rivière : me voici. Pour vivre entouré des autres, pour incarner une société.

Parce que le «je» est universel, répétez-le. Ce «je» est pour vous, toi, eux.

***

J’ai le droit d’être ici, tantôt là, dans la rue, dans la classe.

J’ai droit à mes questions, de m’intéresser à la course, aux films et aux rouges à lèvres.

Qui je suis a droit à la non-constance, à l’intensité et au calme. Qui nous sommes a droit au respect et au non-jugement. Je peux refuser la méchanceté, la manipulation et le drame.

Je suis suffisant-e. Je suis assez.

Mon sang peut être bouillant, familial ou froid. La comparaison n’apporte rien.

J’ai le droit de danser, écouteurs aux oreilles, à un arrêt d’autobus, même si on me regarde. Ne pas répondre immédiatement à un message est ok. Ne pas parler aussi, et son contraire.

J’ai le droit à mes désirs et à la mer.

***

Cette semaine, un ami m’a confié ne pas se sentir suffisant. Un sentiment horrible, que trop de gens partagent. J’avais envie de lui donner un soleil, de lui dire : «Tu es aussi intensément là que le soleil.» Le crier à tous, à moi.

Own yourself – possède-toi. Tu es en masse. Complet.

Exister : le combat d’une vie. On se bat parmi tout, parmi le temps et les 7,8 milliards d’humains. Mais l’addition forme le total. Chaque atome de personne est plein, un tout – très beau.

Trouve-toi, prends le temps qu’il faut.

Murmure : «Wow, je respire.»

Aime.

Mais, attention à l’autre côté : la prétention. Avertis tes amis : «Surveille-moi la prétention, et arrête-moi si j’y suis.»

La vanité est aveugle et une ennemie.

L’important : l’équilibre. Par petits pas, se rendre au milieu, dans notre centre, notre «moi» véritable.

Chaque jour, prenez un miroir, et répétez :

- Le regard (jugement, pensées) de l’autre n’est pas important.

- Je suis merveilleux-se.

- J’accepte mes défauts et mes qualités.

- Je ne balaie pas du revers de mon coeur les compliments et je tente d’y croire – au moins tenter.

- Je prends conscience du poison mental que raconte ma voix inconsciente, et je tente de la taire.

- Je dis non au besoin.

- Je relève la tête, dans la rue, sans en avoir honte.

- N’importe où, je suis là.

- Je me redis tout ça, un peu, tous les jours.