Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Billie-Anne Leduc
<em>El tres de mayo de 1808 en Madrid</em>, Francisco de Goya, 1814
<em>El tres de mayo de 1808 en Madrid</em>, Francisco de Goya, 1814

Cœurs noirs

CHRONIQUE / Un autre virus attaque les cœurs. Celui de la haine en ligne, qui prolifère sur les réseaux sociaux comme de la mauvaise herbe.

Certes, les haters, les trolls ont toujours existé depuis que le monde du Web est monde, mais aujourd’hui, les menaces, la cyberintimidation, les disputes et les méchancetés se propagent à la vitesse covid.

Et les hypersensibles en écopent.

J’ai décidé de prendre une pause des réseaux sociaux - nécessaire à mon bien-être.

Je dois prendre une pause de haine.

Le barrage (respect des autres) s’est brisé, l’inhibition et les politesses s’en sont allées. Sur les réseaux sociaux: un tsunami quotidien de frustrations, de colère, de mépris, d’accusations, de faussetés.

Une apocalypse sournoise.

Dans mes carnets, j’ai écrit, en 2018: «Je suis trop douce pour le monde». Peut-être est-ce le monde qui est devenu trop dur, pesant - un énorme rocher?

C’est trop.

Des gens que je croyais foncièrement bons se mettent à tout détester, haïssent de leurs entrailles des gens qu’ils ne connaissent pas, qu’ils n’ont jamais vus.

Des amis, de la famille, des inconnus croient que tous sont contre eux; tout d’un coup, ils sont l’ennemi numéro un, la société veut leur peau.

Est-ce donc la vérité humaine qui, aujourd’hui, se montre sous son vrai jour?

Après Black Lives Matter, la population aux cœurs noirs.

Deux extrêmes en quelques semaines.

Parole impeccable

Je ne suis pas ésotérique. Je n’ai pas «la vérité immuable». Mais, chaque année, je relis Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz. Pour me rappeler des bases, des bontés. Me rappeler à moi-même :

  1. Que votre parole soit impeccable
  2. Quoiqu’il arrive n’en faites pas une affaire personnelle 
  3. Ne faites pas de suppositions 
  4. Faites toujours de votre mieux

L’humanité d’un même souffle devrait faire de même, puisque le premier accord toltèque n’est manifestement pas acquis.

« Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez vraiment. N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui. Utilisez la puissance de la parole dans le sens de la vérité et de l’amour. La parole est un outil qui peut détruire. Prenez conscience de sa puissance et maîtrisez-la. Pas de mensonge ni de calomnie. »

Les mots sont des flèches, des balles de fusils : ils atteignent en plein coeur.

Une mauvaise personne est celle qui a conscience du mal que peut avoir ses paroles. Non seulement elle dit/écrit du poison, mais elle sait l’exact poison qui, toi, te fait mourir.

Pourquoi ne pas mettre ces efforts à dire l’amour-poésie, à prononcer des paroles-fleurs?

Parce que, à force de tirer, tu te déboîtes l’épaule, tu te fais des bleus.

On dit de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, et bien, il faut aussi remuer ses doigts sept fois avant de prendre le clavier.

« Vous n’êtes pas la cause des actes d’autrui. Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité, de leurs rêves, de leurs peurs, de leurs colères, de leurs fantasmes. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles. [...] Si quelqu’un vous donne son opinion en vous disant : "Qu’est ce que tu as l’air gros!", n’en faites pas une affaire personnelle, parce que en vérité cette personne est confrontée à ses propres sentiments, croyances, opinions, Elle essaie de vous envoyer du poison, et si vous en faites une affaire personnelle, alors vous le recevrez et vous vous l’approprierez. »

De sages paroles pour garder l’équilibre dans cette époque houleuse.

*Citations tirées du livre Les Quatre accords toltèques: La voie de la liberté personnelle, Don Miguel Ruiz, 1997