Josée Néron, nouvelle mairesse de Saguenay

Bienvenue à l'hôtel de ville

CHRONIQUE / Bonjour à vous, gens du Saguenay !

Tout d’abord, c’est avec un immense bonheur que j’ai l’honneur de vous souhaiter enfin la bienvenue en 2017 ! Oui, je sais, ç’a dû être très spécial de reculer dans le temps, au cours des vingt dernières années, mais ne paniquez surtout pas, pendant que le reste du monde a continué à évoluer, nous avons pris soin de prendre en notes les informations importantes qui vous aideront à vous adapter à la modernité.

D’entrée de jeu, comme vous l’avez certainement remarqué depuis lundi matin, oui, ça se peut avoir une femme comme mairesse. Et saviez-vous quoi ? Il y a une multitude d’autres villes qui se retrouvent maintenant dans la même situation. 

D’ailleurs, un des gros avantages à cela, c’est qu’elles risquent de ne pas venir en forfait économique, c’est-à-dire dans un emballage sous vide qui comprend une multitude d’hommes d’affaires acoquinés avec le pouvoir et, bien entendu, un directeur général de la ville qui décide de tout dans les coulisses du pouvoir. Et puisqu’on en parle, je vous dis ça comme ça, mais en 2017, les femmes méritent autant de respect que les hommes. C’était déjà le cas bien avant cela, mais la différence, c’est que maintenant, les jokes de mononcles et le délire de limiter les femmes à des fonctions symboliques, ça ne passe vraiment plus comme une lettre à la poste. 

Maintenant, voici une liste non exhaustive des choses qu’on a décidé d’éviter pendant les 20 ans que vous avez dû traverser dans l’ombre de Jean Tremblay. En premier lieu, le racisme, c’est un privilège réservé aux ignares. La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que si jamais vous craignez d’être qualifié pour profiter de ce privilège, il existe une façon simple d’en guérir. En effet, il ne suffit que d’échanger avec les personnes issues de communautés culturelles et, généralement, après une petite discussion de quelques minutes, vous devriez vous rendre compte que vous vous adressez à un individu comme vous et la prochaine fois que vous serez tenté d’adopter des propos racistes, ne soyez pas surpris si une petite voix à l’intérieur de votre tête vous dit que vous êtes dans le champ. 

De fait, si jamais une seconde voix tentait de vous influencer en vous disant : « Oui, mais les Américains ont voté pour Donald Trump et ce gars-là dit plein de choses racistes », voyez plutôt cela comme un aide-mémoire afin de vous rappeler à quoi ressemble un ignare qui bénéficie de ce privilège. 

Et puisqu’on en parle, si jamais vous discutez avec un anglophone et que vous voulez faire bonne impression en lui parlant du Saguenay, essayez de trouver une autre formulation que « Saguenay is a white cities ».

Sinon, je sais que vous aviez déjà accès aux réseaux sociaux, car on a tous vu la page Facebook de Jean Tremblay. Toutefois, saviez-vous qu’en plus d’être une tribune pour y faire des affirmations, ça peut aussi servir à produire des échanges d’idées ou être un espace de discussion collective. Et puis hop, bloquer l’accès à des internautes qui ne partagent tout simplement pas vos idées, c’est pas trop 2017 non plus.

Je vous dis ça, parce qu’en 2017, la mode est à l’inclusion. Grosso modo, on essaie de quoi de nouveau : travailler ensemble, et ce, même malgré nos divergences d’opinions, au lieu de travailler chacun de notre bord aux dépens des autres. 

Enfin, j’ai même une bonne nouvelle pour les artistes qui vivent à Saguenay. Saviez-vous qu’en 2017, il existe d’autres choses que La Fabuleuse histoire d’un Royaume ?

Ça, ça veut dire que dans toutes les autres villes, on produit des spectacles et des événements artistiques qui paient les artistes qui y participent. C’est très cool parce qu’au lieu de centraliser une grosse somme d’argent dans une seule et unique production, ça permet d’en créer une multitude d’autres pour tous les goûts et ça fait en sorte qu’une tonne d’artistes peuvent contribuer à l’économie avec leur salaire. Bref, prenez bien le temps d’arriver et sachez que tout le monde est très heureux de vous accueillir enfin en 2017.