Dr François Brochet a reçu le prix Jean Bouchard.

Le Dr Brochet honoré

CHRONIQUE / Médecin émérite, retraité depuis le 1er juillet dernier, le Dr François Brochet vient de recevoir un autre témoignage édifiant de ses pairs. C'est à l'hôtel Marriott Château Champlain de Montréal, le samedi 27 mai, qu'ils lui ont décerné le prix Jean Bouchard « attribué aux deux ans, précise la proclamation officielle, à un radio-oncologue, dont la carrière a été exemplaire tant sur le plan scientifique que sur le plan humaniste ».
Parmi les autres reconnaissances de ses remarquables travaux professionnels accomplis au cours d'une fructueuse carrière de 33 ans à l'hôpital de Chicoutimi et de son dévouement exemplaire notamment en qualité de consul honoraire de France pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord, mentionnons celles de la France qui l'a décoré, outre de la glorieuse Légion d'honneur, de l'Ordre national du Mérite en 1991 et en 2001. Le médecin est aussi apprécié pour avoir diffusé ses connaissances dans le cadre de 150 conférences données dans 28 pays répartis sur les cinq continents.
Le Collège des médecins 
Le Dr François Brochet est sans doute l'exemple parfait d'une immigration sélective de haute qualité indispensable aux régions périphériques qui n'avaient pas l'avantage, avant le prolongement de la faculté de Médecine de l'Université de Sherbrooke jusqu'à l'hôpital de Chicoutimi et au campus de l'UQAC, de participer à la formation de médecins et donc d'assurer une relève adéquate. 
C'est au Dr Yves Savard, maintenant à la retraite, que revient le mérite d'avoir, dans les années 1980, allumé l'intérêt du radio-oncologue français d'origine pour la pratique de son art dans un territoire éloigné des grandes agglomérations d'un Québec demeuré très attaché à la France, à sa langue et à ses traditions.
Il le fit avec la collaboration du regretté Dr Augustin Roy, alors président du Collège des médecins, qui réduisit de trois ans à trois mois la période d'adaptation des médecins immigrants au système québécois. Le Dr Brochet pratiquait à l'époque à l'Île-de-la-Réunion en plus de participer au développement de la radio-oncologie dans les extensions francophones partout dans le monde. Il a notamment pris l'initiative d'établir des services de radio-oncologie aux Philippines et en Tunisie.
Ils aiment la région
C'est en 1983 que le Dr François Brochet s'installe à Chicoutimi avec le mandat de reconstituer le service de radio-oncologie que Québec avait fermé faute d'une équipe médicale adéquate dotée des équipements appropriés. La plupart des victimes du cancer devaient subir l'inconvénient de la distance pour bénéficier des traitements dignes d'une médecine moderne. 
La famille de Françoise et François Brochet s'est sentie chez elle dès son arrivée à Chicoutimi. Fort heureusement, car devant des ministres de la Santé réfractaire à son projet, le Dr Brochet dut se faire très convaincant. « On soigne des humains et non des maladies », avait-il plaidé. 
La raison a fini par triompher. Le trésor public a investi dans l'acquisition d'équipements à la fine pointe de la technologie. Trente-trois ans plus tard, le Dr Brochet peut savourer sa retraite après avoir assuré la relève composée de soixante médecins, techniciens et employés de soutien.
Mais s'il laisse son sarrau au vestiaire, il poursuit, avec la précieuse collaboration de sa conjointe, son bénévolat au profit de la francophonie internationale. Les Brochet consacrent jusqu'à 40 heures par semaine à cette activité de bonification perpétuelle des relations France-Saguenay-Lac-Saint-Jean-Côte-Nord.