Autocueillette de citrouilles

CHRONIQUE / « Ça permet de montrer aux enfants que les citrouilles ne poussent pas au supermarché, que ça pousse dans un champ et qu’on peut les cueillir. » Ce sont les propos de Nicolas Harvey, un jeune père de Jonquière que j’ai rencontré avec sa famille, jeudi, à la Ferme La Rouquine de Chicoutimi, lors d’une activité d’autocueillette dans le rang Sainte-Famille.

« Notre fils Benjamin a participé à une activité avec les responsables de sa garderie et nous sommes revenus avec lui. Nous voulions aussi vivre cette expérience. C’est la première fois qu’on vient ici, c’est à dix minutes de la ville et nous sommes en pleine campagne. C’est facile d’accès et c’est une belle activité pour la famille », dit-il.

« Moi, j’ai hâte de goûter aux galettes à la citrouille. Je vais en acheter au kiosque et je vais peut-être essayer d’en faire », a laissé tomber sa conjointe, André-Anne Bolduc, qui a bien aimé son expérience.

Des milliers de cueilleurs

Des milliers de cueilleurs se rendent dans les fermes de la région, en automne, pour l’autocueillette de courges et de citrouilles. 

« Nous recevons des milliers d’enfants qui arrivent avec les éducatrices de garderie ou en autobus pour des sorties scolaires. Les jeunes se promènent dans les plantations et peuvent cueillir une citrouille ou une courge de leur choix. On leur offre une collation en leur faisant découvrir les galettes à la citrouille, une de nos spécialités », fait valoir Guylaine Beaulieu, propriétaire de la ferme avec sa sœur Denise.

La ferme La Rouquine propose une petite balade en charette à foin pour se rendre dans les champs et, quand le soleil plombe, les reflets orangés éclatent de lumière à travers la verdure des feuillages, c’est de toute beauté.

Recettes à base de citrouille

Les citrouilles servent essentiellement à décorer les maisons pour l’Halloween, même s’il existe des dizaines de recettes disponibles sur Internet. « On invite les gens à cuisiner les courges et les citrouilles. Il y a quelques années, quand on parlait au monde de cuisiner la citrouille, ils plissaient le nez. Maintenant, quand ils goûtent à nos galettes, ils en achètent pour rapporter à la maison », assure celle qui cuisine aussi les tartes, le pain et les différents produits offerts au kiosque fermier.

« Sur nos terres, nous avons 15 espèces de courges et 15 espèces de citrouilles. On privilégie les petites citrouilles pour que les enfants puissent les transporter avec eux. Ce sont les parents qui s’occupent des récoltes de grande taille », explique la fermière.

C’est presque touchant, certains diraient « cute », de voir les enfants attendre en file, avec leur petit ballon orange entre les mains, avant de monter dans la charette à foin pour retourner pique-niquer dans la serre transformée pavillon d’accueil.

« Les courges peuvent se manger en crudité, en frite, en potage. On peut aussi les farcir, en faire des salades et des desserts. On s’est donné la mission d’éduquer les gens le plus possible », assure Guylaine Beaulieu.

L’Halloween

L’autocueillette de courges et de citrouilles connaît une popularité grandissante partout au Québec et la région n’y échappe pas. « Les fins de semaine, c’est le rendez-vous des familles, les couples d’amis se donnent rendez-vous à la ferme pour faire un pique-nique et se remplir les yeux des couleurs variés des cucurbitacées. Le gel des jours derniers a fait mourir la végétation, mais les légumes n’ont pas eu de problème », explique la dame, qui a recouvert quelques cultures de couverture isolante pour les protéger du froid.

L’Halloween demeure la fête la plus célébrée au chapitre des décorations après Noël et les citrouilles font immanquablement partie des décors tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des maisons. Le défi pour les cueilleurs demeure d’éviter le gaspillage alimentaire et de récupérer ces légumes afin qu’ils finissent leurs jours sur la table.

Il vous reste seulement deux fins de semaine pour profiter des activités d’autocueillette et trouver des recettes de courges et citrouilles. En passant, les galettes de la Ferme La Rouquine valent le détour tout, comme la confiture aux petites fraises des champs, un petit pot de pépites d’or rouge.