Carole Simard et Annie Bérubé, respectivement directrice générale et adjointe administrative de Moisson Saguenay, répondent à plus de 40 000 demandes d’aide alimentaire par année.

1$ en don transformé en 12$

Chaque fois que je rencontre des gens qui œuvrent dans le milieu communautaire, qui côtoient la misère humaine au quotidien et qui fréquentent la pauvreté, j’ai toujours un « motton » dans la gorge. Apprendre que Moisson Saguenay a accrédité une école pour fournir des denrées alimentaires au service de garde, afin de faire des collations aux enfants qui n’ont pas de lunch sur l’heure du midi, ça fait mal à entendre.

« Les responsables ont constaté que des enfants volaient les lunchs de leurs amis pour se nourrir. Ça devenait problématique. On leur fournit aussi des denrées pour compléter des lunchs de piètre qualité. Des enfants arrivent parfois au service de garde avec un pogo comme lunch. Les responsables doivent compléter les collations avec des denrées qu’on leur fournit », raconte Carole Simard, directrice générale de Moisson Saguenay.

758 000 kilos de nourriture récoltée

Le conducteur du camion réfrigéré de la banque alimentaire du Saguenay part tous les matins pour faire le tour des épiceries afin de ramasser des aliments qui finiraient aux vidanges autrement. Depuis le mois de mai 2017, Moisson Saguenay récupère maintenant toute la viande en surplus dans les épiceries de la région. « Nous avons développé des protocoles avec les bannières pour respecter la ligne de froid. Les viandes et poissons sont récoltés congelés, transportés congelés, entreposés dans nos congélateurs et distribués aux différents organismes avec nos camions réfrigérés. Les produits sont décongelés seulement au moment de les cuisiner », explique Carole Simard, qui se réjouit pour les bénéficiaires de cet ajout alimentaire. C’est incroyable, mais la viande prenait la direction de la poubelle auparavant. Les campagnes contre le gaspillage alimentaire ont permis de sauvegarder cette nourriture pour la distribuer aux démunis.

Moisson Saguenay récolte 758 000 kg de nourriture annuellement, ce qui représente une valeur d’environ sept millions de dollars. Ce sont des organismes communautaires comme les popotes roulantes, la Saint-Vincent-de-Paul, les cuisines collectives ou les soupes populaires qui transforment cette nourriture pour les gens dans le besoin.

De la viande au frigo en janvier

À partir du mois de janvier, les familles dans le besoin pourront recevoir de la viande congelée de certains organismes communautaires qui seront équipés de congélateur et de glacières portatives pour les consommateurs. « Il y aura des procédures claires mises en place, mais la viande pourra se rendre dans le réfrigérateur des gens dans le besoin », informe Carole Simard.

Les démunis et les personnes qui ont besoin de dépannage alimentaire ne seront plus obligés de consommer seulement de la viande hachée. Dans les produits congelés récoltés dans les épiceries, on trouve notamment du poulet, du porc, des contre-filets, du poisson, du canard. « On profite aussi de la viande de gibier remise par le programme chasseur généreux ou lors de saisies d’orignaux par la conservation de la faune », explique la directrice générale de la banque alimentaire.

Campagne de financement

Recueillir, entreposer et distribuer près de 800 000 kg de nourriture à 70 organismes différents partout dans la région, annuellement, exige une logistique impressionnante et des ressources financières considérables.

Se retrouver avec un frigo vide est une situation qui peut frapper tout le monde, mais il y en a pour qui ce n’est pas seulement du dépannage alimentaire, mais leur lot quotidien. Moisson Saguenay vient en aide à 6000 personnes chaque mois et a reçu précisément 41 264 demandes d’aide alimentaire en 2016. 

« La plupart de ces demandes se font dans l’urgence. Les gens nous appellent quand leur frigo est vide et que leurs enfants ont faim. On les réfère à un de nos organismes près de leur lieu de résidence. »

Ces gens qui n’ont rien dans leur réfrigérateur n’ont pas non plus les 6,50 $ nécessaires pour prendre l’autobus aller-retour pour profiter du dépannage alimentaire. C’est même le cas de la trentaine de bénévoles qui œuvrent chez Moisson Saguenay. L’organisme leur fournit des laissez-passer pour se transporter en autobus pour aider bénévolement.

J’en profite pour interpeller la Société de transport du Saguenay (STS) et la nouvelle administration municipale pour offrir gratuitement le transport par autobus à ces gens démunis. Je suis convaincu que les 70 organismes desservis par Moisson Saguenay sauraient judicieusement distribuer des billets d’autobus aux plus démunis. Il me semble que Saguenay devrait avoir cette générosité.

Moisson Saguenay sera en campagne de financement du 27 novembre au 24 décembre aux portes des épiceries pour récolter vos dons. Soyez généreux, c’est pour aider des gens qui en ont vraiment besoin. 

« Nous sommes capables de transformer un dollar de don en 12 dollars. Avec un dollar, nous sommes en mesure de faire trois repas », fait valoir la directrice générale à la veille de la campagne de financement.