Si on prend l’exemple d’un automobiliste qui roule avec un VUS Mitsubishi Outlander PHEV (photo), ça lui coûtera au plus 1,10 $ par jour en électricité pour parcourir jusqu’à 40 kilomètres. Ce qui couvre la presque totalité des déplacements quotidiens des automobilistes qui vont au travail aller-retour.

Tarifs d'électricité: «pénalisé» par son véhicule hybride?

CHRONIQUE / Un lecteur m’écrivait qu’il songeait à acheter une hybride branchable et que durant l’hiver, il dépasserait sans aucun doute sa limite de kilowatts-heure à faible coût et qu’il paierait son électricité en surplus plus cher. «Décourageant...Je veux être plus vert et on me pénalise!» affirme-t-il.

«Pourquoi Hydro-Québec nous pénalise en adoptant ce moyen de transport plus vert? Pourquoi ne mettent-ils pas en place une mesure cohérente qui sur ma facture tiendrait compte du fait que j’ai une voiture branchable?» ajoute-t-il.

En fait, si on regarde attentivement la grille tarifaire d’Hydro-Québec, chaque abonné résidentiel paie une redevance quotidienne de 40,64 ¢, peu importe si on consomme ou non. Ensuite, les 36 premiers kilowatts-heures sont facturés à 5,91 ¢.

«Cette tranche est mise en place pour aider les ménages à faible revenu. Elle a été augmentée à 36 kWh, et nous avons fait une demande à la Régie de l’Énergie pour l’augmenter à 40 kWh l’an prochain», explique Louis-Olivier Batty, porte-parole chez Hydro-Québec pour le Circuit électrique.

Et enfin, chaque kilowatt-heure, qui dépasse le seuil de 36 kWh, coûte 9,12 ¢.

Les différents véhicules hybrides rechargeables sur le marché ont une batterie variant entre 7,6 et 20,8 kWh. Ce qui représente une dépense additionnelle quotidienne variant entre 69,3 ¢ et 1,90 $, considérant que le seuil de 36 kWh est déjà dépassé — ce qui sera sûrement le cas — et que la batterie est vide chaque soir.

Si je peux me permettre, il y a une donnée qui n’est pas tenue en compte dans l’affirmation : l’économie sur le carburant qui ne sera plus mis dans le véhicule.

En ayant un véhicule hybride rechargeable, si l’autonomie sur la batterie est suffisante, elle pourrait couvrir la distance entre la maison et le travail — aller-retour — et ainsi ne pas brûler une goutte d’essence du tout chaque jour. Il ne faut pas oublier qu’on recharge sa batterie la nuit. On repart donc avec une batterie pleine chaque matin.

Ensuite, si pour une raison quelconque (réunion à l’extérieur, voyage d’affaires, etc.), vous avez à sortir de votre rayon d’action quotidien, votre moteur à essence vous permet de vous rendre à destination, sans vous inquiéter de trouver une borne de recharge en route.

Cela dit, j’ignore quel modèle notre lecteur a jeté son dévolu et l’utilisation qu’il en fera.

Mais si on prend l’exemple d’un automobiliste qui roule avec un VUS Mitsubishi Outlander PHEV, ça lui coûtera au plus 1,10 $ par jour en électricité pour parcourir jusqu’à 40 kilomètres. Ce qui couvre la presque totalité des déplacements quotidiens des automobilistes qui vont au travail aller-retour.

Avec un véhicule à moteur thermique, cela aurait pris au minimum cinq litres de carburant. À environ 1,13 $ le litre, ce carburant coûterait 5,65 $. Et les arrêts à la station-service seront moins fréquents.

«Il ne faut pas oublier que l’un des avantages de rouler électrique, c’est l’économie que l’on fait par rapport aux véhicules à essence», ajoute M. Batty. «Et c’est au Québec qu’on a les plus bas tarifs en Amérique du Nord. C’est deux fois plus cher à Toronto qu’au Québec, et quatre fois plus cher à New York ou Boston.»

Le porte-parole profite de l’occasion pour souligner qu’Hydro-Québec a fait une demande à la Régie de l’Énergie pour «proposer à ses clients de pouvoir adhérer de manière volontaire à une tarification dynamique lors des pointes hivernales».

«Dès la fin 2019, nous souhaitons proposer deux options, soit un crédit pour les kilowatts-heures économisés lors de pointe critique et un tarif en pointe critique. L’option de tarif en pointe critique peut s’avérer très intéressante pour les propriétaires de véhicules électriques puisque cette option permet de bénéficier d’un tarif réduit en dehors des heures de pointe, soit une réduction de 2 ¢/kWh sur le tarif résidentiel. Si vous programmez votre recharge en dehors des heures de pointe de consommation d’électricité, cela peut représenter des économies additionnelles», conclut-il.

Petro-Canada électrisera la Transcanadienne

On a appris cette semaine que Petro-Canada allait implanter une cinquantaine de bornes de recharge rapide, tout le long de la route Transcanadienne entre la Nouvelle-Écosse et la Colombie-Britannique. Le Canada serait alors presque couvert d’un océan à l’autre.

Il demeure que les meilleurs moments et endroits pour recharger sont lorsque la voiture est stationnée à la maison ou au travail (si cela est possible). Les bornes de recharge rapide ne servent qu’au moment où on fait de longs trajets interurbains.

On ne peut que saluer une telle initiative déjà initiée par d’autres pétrolières comme Crevier et Harnois. En souhaitant que d’autres entrent dans la danse.