En hiver, l’idéal consiste à maintenir le réservoir à moitié plein ou plus, tant pour préserver la mécanique que pour accroître la sécurité par temps froid.

Régulateur de vitesse adaptatif, conduite hivernale et niveau d’essence: les conseils de la semaine

Q La semaine dernière, vous avez soulevé le fait que les systèmes d’aide à la conduite se désactivent si leurs capteurs sont sales ou enneigés. Mon régulateur de vitesse adaptatif ne fonctionne pas pour cette raison... Y a-t-il une solution?

R  En fait, il en existe deux. La plus évidente consiste à nettoyer les caméras ou les capteurs qui permettent au régulateur adaptatif de «voir» les véhicules qui vous précèdent. Le manuel du propriétaire indique généralement où se trouvent ces éléments. Cependant, ceux-ci peuvent rapidement se salir de nouveau sur une chaussée humide. C’est là qu’entre en scène la deuxième solution : revenir au régulateur de vitesse classique. La plupart des constructeurs — mais pas tous, notamment la plupart des européens — permettent de le faire soit en appuyant longuement sur un bouton du volant, soit en passant par l’ordinateur de trajet ou l’écran central. Là encore, le manuel du propriétaire est d’un grand secours.

Rappelez-vous cependant qu’il est préférable de ne pas engager le régulateur de vitesse lorsque les conditions routières se détériorent afin de conserver la pleine maîtrise de la conduite.

Q  On parle beaucoup d’adapter notre conduite à l’hiver. Est-ce qu’il y a des sanctions possibles si on ne le fait pas?

R  Absolument. Le Code de la sécurité routière indique que le conducteur doit ralentir lorsque le brouillard, les précipitations, la pluie et même l’obscurité réduisent sa visibilité. La même règle s’applique lorsque la chaussée est glissante ou qu’elle n’est pas entièrement dégagée. Si un agent de la paix vous intercepte pour une conduite non adaptée aux conditions météo et routières, vous risquez une amende variant entre 60 $ et 100 $ assortie de deux points d’inaptitude.

La glace ou la neige, combinées avec des pneus de mauvaise qualité ou une conduite mal adaptée, peuvent allonger les distances de freinage. Ce n’est pas parce que le feu est rouge ou qu’il y a un arrêt obligatoire qu’un véhicule va s’immobiliser! Automobilistes, adaptez votre conduite et méfiez-vous des mauvaises surprises que peut réserver la chaussée; piétons, soyez vigilants.

Q  Pourquoi est-il déconseillé de garder un bas niveau d’essence par temps froid?

R  Un niveau d’essence sous le quart du réservoir augmente les possibilités de condensation dans les canalisations et les risques de gel du carburant, ce qui pourrait occasionner des bris ou des pannes. L’idéal consiste à maintenir le réservoir à moitié plein ou plus, tant pour préserver la mécanique que pour accroître la sécurité par temps froid. Pour donner un peu de répit à la mécanique, versez une bouteille d’antigel à carburant dans le réservoir une ou deux fois par hiver, surtout si une vague de froid est annoncée.

ÉCRIVEZ-NOUS!

Des questions sur votre auto? Besoin de conseils? Transmettez-nous vos questions à auto@gcmedias.ca Elles pourraient être publiées dans cette rubrique.

Les services-conseils automobiles offerts par CAA-Québec sont exclusifs à ses membres. Ceux-ci peuvent les contacter autant de fois qu’ils le désirent par Internet ou par téléphone au 1 888 471-2424.