Karen Young et Marianne Trudel

Young, Trudel, Mitchell et le Lac

CHRONIQUE / Il y a quelques années, la pianiste Marianne Trudel a enseigné au Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean. L’une de ses consoeurs était la chanteuse Karen Young et comme elles partageaient la même résidence pendant leur séjour, les deux femmes se sont mises à jouer ensemble. C’était pour le plaisir de la chose, mais peu à peu, ces collaborations ont pris une importance accrue.

Des numéros ont été livrés devant public, toujours à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, et parmi eux, plusieurs s’appuyaient sur les compositions de Joni Mitchell. Elles laissaient toujours un bon souvenir aux interprètes qui, tout naturellement, ont poussé l’expérience un cran plus loin. Ainsi est né l’album Portraits: Songs of Joni Mitchell, de même que le spectacle qui, la semaine dernière, a été présenté à la Boîte à Bleuets d’Alma et au Côté-Cour de Jonquière.

J’ai eu la chance de le voir dans la vénérable salle de la rue de la Fabrique, où il a été offert sans entracte, une rareté en ce lieu. D’une certaine manière, cette mini-tournée dans la région refermait la boucle, comme l’a souligné Marianne Trudel. On pouvait découvrir à quoi ressemblait ce projet apparu inopinément sur les rives du lac Saint-Jean.

L’un des mérites du spectacle est qu’il magnifie des pièces moins familières. Hormis Both Sides Now et California, des classiques de sa période folk, le duo a exhumé des perles que même les fans de Joni Mitchell ne connaissaient pas. Parmi les plus appréciées, il faut mentionner Last Chance Lost, couronnée par un échange ludique entre les deux femmes. Cette fois, elles ont exploré le second versant de l’oeuvre, celle où le jazz a pris l’ascendant, ce qui a amené la pianiste à exécuter des jolis solos.

La salle était pleine et comme c’est la tradition au Côté-Cour, le public a affiché une qualité d’écoute impressionnante, équivalente à celle des interprètes, dont la complicité faisait plaisir à voir. C’était de la musique pour se faire du bien et pour réfléchir, de la musique livrée sans artifices, uniquement pour les bonnes raisons. La preuve que ce qui se passe au Lac ne doit pas toujours rester au Lac.