Valérie Aubut, directrice générale des Fêtes du 150e anniversaire d'Alma, Frédéric Tremblay, conseiller municipal, Isabelle Guay, vice-présidente de l'Atelier d'art d'Alma, et Daniel Turcot, président de l'organisme, ont procédé au vernissage de l'exposition Nouveau regard sur le passé , jeudi soir, au Centre culturel d'Alma.

Voyage dans le temps au coeur d'Alma

L'exposition itinérante Nouveau regard sur le passé propose un véritable voyage dans le temps.
Présentée à l'occasion des Fêtes du 150e anniversaire de ville d'Alma, celle-ci a pris son envol, jeudi. Elle sera offerte à différents endroits stratégiques, tout au long de l'année.
Mais jusqu'au 18 février, les amateurs d'arts et d'histoire locale peuvent se rendre au Centre culturel d'Alma pour contempler des photos d'époque en noir et blanc, relatant l'histoire d'Alma. Celles-ci sont accompagnées de reproductions en couleur conçues à l'aide de différents médiums.
Les images comprennent des personnages ayant marqué la municipalité. Elles évoquent des endroits piliers, ravivent des bâtiments et retracent des événements authentiques.
« Trente-six artistes membres et anciens membres de l'Atelier d'art d'Alma ont participé au projet. On retrouve différents styles d'oeuvres. Certains sont très précis alors que d'autres sont plus abstraits. Au total, l'exposition propose 39 duos », souligne Isabelle Guay, vice-présidente de l'Atelier d'art.
« C'est vraiment un regard sur le passé, mais avec une touche actuelle qui se tourne vers l'avenir. Ça rentre vraiment dans notre mission et ce que l'on souhaite mettre en valeur lorsque l'on parle de l'histoire d'Alma. En plus, c'est fait de façon dynamique. Les oeuvres sont extraordinaires », ajoute Valérie Aubut, directrice générale des Fêtes du 150e.
Livre
L'exposition « Nouveau regard sur le passé » est aussi reproduite à l'intérieur d'un livre de 87 pages, lequel est en vente au coût de 15 $.
« Nous avons utilisé des textes de sources historiques pour décrire les photographies. Nous avons travaillé très fort. Le résultat est super beau », conclut Isabelle Guay.