Les fondateurs du groupe AMV, Cindy Dumais, Julien Boily et Mathieu Valade, annoncent la tenue d’une activité qui mettra en contact des artistes de la région et une quinzaine de décideurs dans la mouvance des arts visuels. Cet événement baptisé Périphéries aura lieu à Chicoutimi, les 7 et 8 octobre.

Visite d'une délégation de décideurs en arts visuels

Une quinzaine de professionnels évoluant dans la mouvance des arts visuels passeront deux jours à Chicoutimi, les 7 et 8 octobre, dans le cadre d’un projet baptisé Périphéries. Invités par le groupe AMV (le nom signifie Art, Mouvement, Visibilité), fondé par les artistes Julien Boily, Mathieu Valade et Cindy Dumais, ils profiteront de leur séjour pour rencontrer des créateurs de la région.

Ce sera l’occasion de tisser des liens avec ces gens parmi lesquels on retrouvera, entre autres, des collectionneurs spécialisés en art actuel, des commissaires d’exposition et des conservateurs. Provenant de Québec, de Montréal et de la région de l’Outaouais, ils affichent un intérêt marqué pour les pratiques artistiques émanant du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Déjà, nous songeons à tenir une deuxième édition au printemps parce que certaines personnes n’étaient pas libres cette fois-ci. Elles aiment l’art et ont rarement la chance de traverser le Parc pour voir ce qui se fait ici », a souligné Cindy Dumais lors d’une entrevue accordée au Progrès. « Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait un tel engouement », a renchéri Julien Boily.

Malgré sa relative jeunesse, le groupe AMV a obtenu l’appui financier du Conseil des arts de Saguenay, de Promotion Saguenay, du Lobe, du Centre Bang et du conseiller municipal Simon-Olivier Côté. Il a également procédé à la sélection de six artistes qui auront droit à des visites de 45 minutes chacun pendant la fin de semaine.

Les invités prendront aussi le temps d’explorer les salles de TouTTout, centre de production en art actuel, où plus de 20 créateurs disposent d’un espace de travail. Et comme le Lobe se trouve sous le même toit, sa salle d’exposition accueillera d’autres artistes qui pourront exposer leur démarche, prélude à une activité de réseautage qui aura lieu dans la soirée du 7 octobre, au café L’Érudit.

« On sentait qu’il y avait un besoin. C’est le genre d’activité qui sème de petites graines. Peut-être que des œuvres d’art seront acquises, que dans deux ans, des gens participeront à des expositions », fait valoir Cindy Dumais. « Il s’agira d’une opération visibilité, résume Mathieu Valade. Ça va générer des opportunités pour les artistes, même ceux qui sont déjà connus à l’extérieur. Parce qu’une pratique, ça peut changer au fil du temps. »

Ce projet a vu le jour en juin et l’intérêt exprimé par les visiteurs, dans un délai aussi bref, témoigne de la curiosité que suscite la création artistique dans la région. « Ces gens passionnés par les arts savent qu’il se passe des choses ici. Il y a une masse critique d’artistes, de lieux de diffusion et d’équipements numériques que se partagent les centres d’artistes. Ils pourront voir l’arrière-scène », raconte Julien Boily.

Précisons que l’horaire du samedi comprend le lancement du numéro d’automne du magazine Espace Art Actuel, une activité tenue à L’Érudit. Quant à la dernière journée, forcément plus courte en raison des contraintes liées au transport, elle sera meublée par une visite du Centre Bang. S’ajouteront d’autres rencontres avec des artistes, puis chacun retournera chez soi, la tête pleine de noms et d’images.

Des échanges avec la France et la Suède

L’une des raisons d’être du groupe AMV consiste à mailler la région au reste de la planète. Cette partie du mandat comporte deux facettes, la visite d’artistes de l’extérieur et la possibilité pour ceux d’ici de leur rendre la pareille. Elle donnera lieu à des initiatives qui se concrétiseront à compter du 17 octobre.

Ce jour-là, des artistes originaires de la France, Guillaume Krick et Romain Rambaud, arriveront à Chicoutimi afin de préparer une exposition qui sera présentée sur le campus de l’UQAC, à la galerie L’Œuvre de l’autre. Associés au collectif Extra Muros, basé à Nantes, ils ont conçu un projet pour lequel on sollicite la collaboration du public.

« Nous cherchons des paires de jeans usagés. C’est pour qu’ils en fassent des sculptures », précise l’un des fondateurs d’AMV, Mathieu Valade. Quelque part en 2018, lui et ses camarades Julien Boily et Cindy Dumais se rendront en France pour livrer la contrepartie de cet échange: une exposition de leur cru.

Suivant une logique similaire, trois artistes suédois viendront au Saguenay en novembre. Cette délégation provenant de la IDI Gallery de Stockholm profitera de son séjour pour monter une exposition qui se déploiera au Centre des arts et de la culture de Chicoutimi. Elle réunira des œuvres créées par une quinzaine de personnes.

« Le thème sera La forêt qui nous unit et ça tombe bien, puisque, nous comme eux, nous habitons dans des régions boréales. Ces gens produisent des estampes numériques et des photographies, en plus de travailler en infographie. Leur exposition aura lieu du 30 novembre au 12 janvier », rapporte Cindy Dumais.

En juin, ce sera au tour du trio saguenéen de s’envoler vers la capitale suédoise et ce ne sera pas pour magasiner chez IKEA. Lui aussi aura pour mission de préparer une exposition et tout laisse croire qu’elle ratissera large. « Comme on nous confiera une salle assez grande, nous inviterons d’autres artistes de la région à soumettre des œuvres qui seront intégrées à l’ensemble », annonce Julien Boily.