­Vice E Roi lance un minialbum en exclusivité devant le public régional, samedi au Côté-Cour.

Vice E Roi passe aux choses sérieuses

Le duo indie folk originaire de la région, Vice E Roi, est prêt à exporter ses chansons aux quatre coins du Québec. Le groupe bien connu des mélomanes d’ici, composé de Jayana Auger et de Guillaume Lessard, sera en concert, samedi, au Côté-Cour, pour lancer en primeur devant le public de Jonquière un minialbum de cinq pièces intitulé Les heures maladives.

L’album, le deuxième dans la discographie de la jeune formation, pourrait bien être celui qui fait passer le groupe aux choses sérieuses. Le nom du duo commence à résonner en dehors des frontières du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« On veut qu’il y ait le plus de gens possible qui écoutent nos choses. Notre nom commence à circuler dans la métropole, dans les autres régions. On espère faire plus de spectacles, un peu partout, faire plus de festivals » lance Jayana Auger, la moitié féminine du groupe, quelques jours avant ce lancement devant les siens.

Belle expérience

Un récent passage aux Francouvertes à Montréal a ouvert de nouvelles portes pour la formation. « On a déjà joué devant plus de monde, mais au niveau des répercussions, les Francouvertes ont été notre gros spectacle », explique la musicienne.

Si l’aventure s’est terminée dès la première ronde du concours, elle aura été une occasion de recevoir des commentaires constructifs des juges et de l’amour du public.

« Le public a été très généreux. On était tellement contents. On a reçu des commentaires incroyables, malgré le fait qu’on n’était pas de la place et qu’on pensait qu’il allait voter pour leurs amis. Quand on a vu les notes, on s’est rendu compte que c’était un peu le contraire. On a reçu de très bonnes notes du public », raconte la chanteuse.

Les professionnels leur ont donné quelques indications sur les aspects plus techniques du métier de musicien, par exemple, à propos de la mise en scène.

Cette participation aux Francouvertes aura été une expérience positive. « On s’en est fait reparlé beaucoup. Les gens venaient prendre des photos avec nous après le spectacle. C’était un beau moment. »

Vice E Roi compte surfer sur cette vague pour percer. Le deuxième EP, fait avec plus de moyens, démontre la progression du groupe, qui se produit depuis 2013. « Les gens qui vont l’écouter vont voir où on s’en va », dit Jayana Auger.

Les heures maladives témoigne de l’évolution des deux musiciens de plusieurs façons. « On a grandi. Les textes sont peut-être plus matures, la musique aussi. Les arrangements sont plus professionnels. On est devenus un peu plus nous-mêmes. Dans le premier, on se cherchait beaucoup, maintenant on a trouvé c’est quoi notre son, à quoi ressemble Vice E roi. »

L’album témoigne de l’angoisse qui règne actuellement, selon la musicienne. « On s’est rendu compte en regardant nos cinq chansons que le fil conducteur, c’était vraiment les maux de notre société. Ça parle de l’amour à distance, du jugement des autres, de l’anxiété. C’est un thème qui revient souvent ces temps-ci », précise-t-elle.

Vice E Roi connaîtra un été bien rempli, faisant plusieurs concerts dont les dates seront annoncées ultérieurement. Quatre vidéoclips seront aussi lancés dans les prochaines semaines.