Le directeur artistique du Rendez-vous musical de Laterrière, David Ellis, se consacrera davantage au bon déroulement de l’événement. Il participera seulement à un concert cette année. ­

Véritable communion au Rendez-vous musical

En acceptant la direction artistique du Rendez-vous musical de Laterrière, David Ellis avait un objectif : faire de cette semaine de musique, qui est encore un secret bien gardé, un incontournable pour les amateurs de classique.

« Mon idée, c’est de faire des rencontres entre des musiciens qui arrivent à la fin de leurs études, qui ne sont pas encore vraiment sur le marché professionnel, et des musiciens en milieu de carrière, avec des positions assez importantes dans les orchestres. Ils font un peu de mentorat pour les jeunes. Et il y a les vieux comme moi, qui partagent leur expérience » lance à la blague M. Ellis.

Pour créer une atmosphère unique, les organisateurs font résider cette trentaine de musiciens dans le secteur de Laterrière, pendant une semaine. « Souvent, un musicien vient un soir ; ensuite, il quitte. À Laterrière, les artistes restent une dizaine de jours. J’essaie de construire une effervescence entre les musiciens et le public », explique M. Ellis, en insistant sur la générosité des résidants. Pour y arriver, David Ellis tente d’impliquer le plus possible les Laterrois dans leur festival. Certains citoyens sont présents sur le conseil d’administration ; d’autres hébergent les artistes. « Une dizaine de familles reçoivent des musiciens chez eux », précise David Ellis. Cette proximité enlève la distance entre les artistes, qui peuvent être perçus comme à côté de la société, et la population. Des relations d’amitié se créent ainsi, des musiciens retournant dans leur famille d’accueil année après année.

Les quatre programmes du Rendez-vous de Laterrière ont été conçus selon les intérêts personnels de son directeur artistique, David Ellis.

En quatre temps
L’offre de concerts, pour cette douzième édition, est encore variée. « Ça va de la musique de chambre à un petit orchestre avec un choeur de quarante chanteurs, », détaille le violoncelliste du Quatuor Saguenay.

David Ellis a conçu les quatre programmes selon ses intérêts personnels. « Le premier est basé sur Beethoven. À une certaine époque, il a été invité à changer de ville par le frère de Napoléon. Finalement, les aristocrates de Vienne ont réussi à le garder, en lui donnant un montant garanti pour la vie. Chaque pièce est consacrée à des personnes impliquées dans l’histoire. »

Le deuxième programme présente l’influence de l’Amérique du Nord sur la musique européenne au tournant du XXe siècle. « C’est à cette époque qu’il est devenu facile de voyager. La musique jazz et autochtone a eu une influence sur les compositeurs européens », explique le directeur artistique de l’événement.

Le troisième programme rend hommage à Astor Piazzolla, tant à sa musique qu’aux collaborateurs qui ont croisé son chemin, tandis que le dernier explorera les Quatre Saisons de Vivaldi, une des pièces les plus célèbres du répertoire classique.

Cette implication force M. Ellis à jouer un peu moins de son violoncelle. Il participera à un seul concert cette année, préférant se consacrer au bon déroulement de la 12e édition. Le Rendez-vous musical de Laterrière débute dimanche et se termine le 19 août. Les spectacles sont présentés à l’église.