Olivier Moisan Dufour recueille de petits morceaux de bois, et joue ensuite à l’architecte.

Variations sur un même thème d’Olivier Moisan Dufour

Les oeuvres d’Olivier Moisan Dufour, exposées à la galerie l’OEuvre de l’Autre de l’UQAC, témoignent de leur vécu. Les structures que l’artiste fabrique et qui rappellent des petites maisons ou des grandes tours urbaines portent en elles l’histoire de chaque pièce qui les composent.

L’artiste choisit des pièces de bois pour leur accessibilité et leur gratuité. Elles n’ont pas grand-chose en commun, sinon qu’elles doivent avoir traversé l’épreuve du temps. Empilés les unes sur les autres, ces morceaux de bois accumulés avec soin forment des édifices à l’architecture improbable.

Parfois dans leur état naturel, parfois peintes dans des couleurs vives, les structures composées par Olivier Moisan Dufour semblent être construites de façon intuitive. Elles peuvent être très simples et schématiques, ou très complexes, semblant défier la gravité.

« La récupération de matériaux est un élément important, je perçois le potentiel du bois jeté et j’en tire profit. J’affirme écologique cette méthode de cueillette ayant comme objectif de garder la trace de l’objet antérieur et de sa fonction », écrit l’artiste à propos de sa démarche créative.

Après avoir construit ses structures, l’artiste les immortalise dans une peinture.

L’architecture irrégulière de chaque pièce exposée dans la galerie démarre toujours avec une esquisse dessinée par l’artiste. La seconde étape est de construire la sculpture en se fiant au plan et en lui étant le plus fidèle possible.

Les reproductions des pièces, en peinture cette fois-ci, terminent le processus. Elles sont faites avec un grand souci du détail et se démarquent par leur réalisme. Elles sont faites sous différents angles et montrent plusieurs points de vue de ces sculptures architecturales.

« La peinture vient fixer un état, un moment dans l’histoire de cet objet », précise l’artiste, sur ces variations sur un même thème.

Dans la galerie, on peut apercevoir une douzaine de pièces d’Olivier Moisan Dufour. Sur le mur du fond de la galerie, une série de toiles est exposée. Au centre, on voit les multiples constructions de l’artiste faites de bois recyclés. La peinture répond à son modèle et la montre sous un autre angle. L’artiste reprend à son compte cette lecture de son exposition.

« Le rapport entre présentation et représentation crée un dédoublement, une dualité, un dialogue entre les différentes œuvres », résume le finissant à la maîtrise de l’École d’art de l’Université Laval.

Inventaire prend fin le 16 octobre.