Alexandre Poulin sera en spectacle le jeudi 20 avril à la Boîte à Bleuets d'Alma, ainsi que le samedi 22 avril à la Salle Desjardins/Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini. Il faudra patienter jusqu'à l'automne pour le voir sur une scène de Saguenay.

Une véritable rencontre avec le public

Il y a déjà plus d'un an et demi qu'Alexandre Poulin s'est produit dans la région. Avec un nouvel album en poche, l'auteur-compositeur-interprète remédie à la situation dès ce soir à Alma, puis samedi à Dolbeau-Mistassini. En offrant un mélange de ses pièces et de monologues, c'est à une véritable rencontre qu'il convie le public.
Trois ans après la sortie du disque Le mouvement des marées au Québec et en France, Alexandre Poulin a lancé en novembre dernier un quatrième opus intitulé Les temps sauvages. Dix chansons folk aux univers planants composent l'album, fruit d'une première collaboration avec le réalisateur et arrangeur Guido Del Fabbro (Pierre Lapointe, Groenland). 
« À chaque album, j'essaie de faire un pas de plus, je ne sais jamais vers où, mais je sais que je ne veux pas refaire le même disque que le précédent. C'est un grand défi de ne pas tomber dans le piège de refaire le même disque quand ç'a marché », affirme-t-il au cours d'un entretien téléphonique. 
Alexandre Poulin signe les textes et la musique des pièces qui donnent l'impression de se faire raconter de courtes histoires. Pour ce faire, il s'est inspiré d'histoires qu'on lui a racontées, de constats, de questionnements, du temps qui passe, du genre de vie qu'on veut avoir. « Je m'inspire de tout. J'écris à la première personne du singulier même si ce n'est pas ma vie ou mes histoires à moi. »
L'artiste a aussi voulu aller ailleurs, musicalement parlant. « Pour les trois premiers, j'ai toujours eu un environnement un peu Americana  avec beaucoup de banjo et de mandoline. À ma grande surprise, c'est devenu très à la mode au cours des dernières années. J'aime être en dehors des sentiers et je pense que j'avais fait le tour de cet univers-là. J'avais envie de quelque chose qui s'apparente plus au genre de musique que j'écoute, quelque chose de plus planant. Les textes amenaient ça aussi. J'ai pu aller vers un environnement plus enveloppant, texturé. »
En spectacle, Alexandre Poulin est accompagné de deux multi-instrumentistes. « On respecte l'univers de l'album, mais on propose quelque chose d'un peu plus épuré sur scène, ce qui permet aux textes de prendre toute la place. Comme à mon habitude, je parle énormément sur scène. Mes chansons sont entrecoupées d'histoires, de monologues, qui présentent les chansons, mais qui sont aussi reliés entre eux par un petit fil invisible qui finit par raconter une seule et même histoire. »
La préparation du spectacle demande tout un travail. « C'est aussi long pour moi d'écrire un "show" qu'un disque, mais je suis toujours fier de prendre la route pour deux ans avec ça. C'est devenu ma marque de commerce. Il faut trouver l'équilibre entre l'improvisation, qui amène beaucoup de saveur et d'instantanéité, et les moments préparés qui permettent de savoir où tu t'en vas. »
Le spectacle d'Alexandre Poulin à la Boîte à Bleuets affiche complet. Des billets sont toujours disponibles pour la représentation prévue samedi soir 22 avril, 20 h, à la Salle Desjardins/Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini. Les billets sont en vente via Réservatech.