André Lejeune a créé plus d’une centaine de numéros pour son magazine dédié à l’horreur appelée Horrifique. Il les envoie à une centaine de lecteurs en France et au Québec.

Une revue sur l’horreur signée par un Jonquiérois

Pour certains, l’intérêt pour les loups-garous, les vampires, bref pour l’horreur en général ne se manifeste pas seulement à l’Halloween. C’est le cas d’André Lejeune, un résidant de Jonquière qui a créé un fanzine nommé Horrifique, destiné aux amateurs du genre. Il a produit 132 numéros à ce jour, qui ferait de lui le plus vieux fanzine du Canada, et le seul au Québec toujours en version papier.

Un fanzine est une revue rédigée par des amateurs. André Lejeune a créé la sienne en 1993, en version papier, parce qu’il était un réel fanatique de tout ce qui touchait à l’horreur. Un numéro a généralement un thème, comme un auteur, un personnage, et bien plus. Les prochains numéros seront par exemple consacrés aux femmes dans l’horreur, alors que tous les textes seront signés par la gent féminine. Ce sera alors le 133e numéro du magazine à voir le jour.

André Lejeune a déjà publié jusqu’à 17 numéros dans une année.

Le Jonquiérois agit comme un rédacteur en chef. Il regroupe des textes de plusieurs auteurs différents et les met ensemble pour créer une revue qui atteint majoritairement une cinquantaine de pages. Il trouve les auteurs sur différents sites destinés au genre. « Il y a des écrivains qui reviennent souvent, mais grâce à Internet, je suis capable de trouver des personnes nouvelles pour contribuer », a expliqué M. Lejeune. Dans un numéro, on trouve généralement les textes de trois ou quatre auteurs.

Pour M. Lejeune, il est important que son médium reste le papier. « Je ne m’intéresse pas à avoir le plus grand nombre de lecteurs possible, tout ce que je veux, c’est que les textes imprimés dans le fanzine soient de qualité », a ajouté le directeur. Il doit donc envoyer par la poste, à ses abonnés, les différents numéros qu’il produit dans l’année. Même si le nombre peut varier, il imprime généralement une centaine de copies pour une revue, et en crée environ cinq par année. Cela peut changer, alors que dans son année record, il a imprimé 17 numéros.

Les trois quarts de ses lecteurs sont de France, et le reste provient du Québec. Il les a trouvés via les plateformes Web. « Mon fanzine est vraiment pour tout le monde. Il touche vraiment des sujets différents en ce qui concerne l’horreur, la science-fiction et le fantastique », a-t-il commenté.

Son plus grand défi est présentement de trouver des illustrateurs, pour aider bénévolement à sa revue. Pour tous ceux qui souhaiteraient avoir davantage d’informations, il faut aller sur la page Facebook de M. Lejeune appelée Horrifique. Une cotisation de 15$ est demandée pour recevoir quatre numéros.