Charles Aznavour

Une rencontre sur l’île de Ré

L’annonce du décès de Charles Aznavour a réveillé un heureux souvenir pour Thérèse Guimond. Il y a exactement 29 ans, elle a rencontré le célèbre chanteur français lors d’un voyage sur l’île de Ré, en France, effectué avec une de ses tantes et son ami.

Du haut de ses 94 ans, Thérèse Guimond a gardé un souvenir précis de la nuit où elle a fait la connaissance d’une des plus grandes vedettes de la chanson française. « On était en vacances et dans la nuit, il y avait des spectacles sur la plage. On allait voir ça. Tout à coup, on a vu arriver Aznavour. »

Charles Aznavour était lui aussi en vacances. Il était accompagné d’un couple d’amis. Thérèse Guimond a donc rencontré en même temps un autre chanteur français, Fred Mella, qui possédait une résidence sur l’île de Ré, et sa femme Suzanne Avon. Cette dernière est originaire de Montréal. « Aznavour trouvait qu’on parlait comme elle », raconte Mme Guimond. L’auteur de succès tels Je m’voyais déjà, Les comédiens et La Bohème l’aborde, après avoir reconnu leur accent. « Il nous a dit : ‘‘vous êtes des Canadiens ? ’’ », se souvient Mme Guimond.

L’image d’Aznavour demeure gravée dans sa mémoire. « On était sur la plage. Il était en petite short. Il n’arrêtait pas de se secouer les pieds pour faire tomber le sable. Il était beau », précise-t-elle.

De bons souvenirs

Thérèse Guimond n’a gardé que des bons souvenirs de cette rencontre, qui a duré plusieurs heures. Au fil de leurs discussions, le groupe s’est assis et a pris un verre ensemble. « Aznavour, il était tellement fin cet homme-là. Il était naturel. On parlait et on aurait juré que ça faisait dix ans que je le connaissais. Il nous a raconté sa vie, sa jeunesse. »

Elle a gardé un petit souvenir de cette soirée de vacances qui sort de l’ordinaire. « J’avais apporté un petit livre d’autographes avec moi parce que je savais que je pouvais rencontrer des vedettes. Il m’avait écrit des beaux petits mots et il avait signé son nom », raconte Thérèse Guimond, qui a relu ce que Charles Aznavour lui avait écrit à plusieurs reprises.