Alain Trudel viendra diriger pour la première fois l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dimanche après-midi, au Théâtre Banque Nationale.

Une première pour le chef Alain Trudel

L’illustre compositeur, tromboniste et maintenant chef d’orchestre, Alain Trudel, viendra pour la première fois diriger l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dimanche après-midi, au Théâtre Banque Nationale, en présentant le spectacle Harmonies Boréales. Il sera accompagné de sa conjointe, Mary-Elizabeth Brown, violoniste, qui sera la soliste pour le Concerto de Sibelius.

M. Trudel a d’ailleurs été le mentor de Jean-Michel Malouf, chef d’orchestre actuel de l’Orchestre symphonique. Il a lui aussi pratiqué le trombone, en plus d’avoir été un élève de M. Trudel lorsqu’il fréquentait le Conservatoire de Montréal. L’homme s’est d’ailleurs entretenu avec Le Quotidien, pour parler de ce spectacle et de son mentor.

« J’ai été son assistant et il m’a engagé quelques fois comme chef invité pour son orchestre. C’est maintenant à mon tour de l’inviter », s’est réjoui M. Malouf, dans une entrevue téléphonique avec Le Quotidien.

M. Malouf est très content que le couple ait accepté de venir travailler avec l’Orchestre. Il admet qu’il y a quelque chose de spécial lorsqu’un couple joue ensemble sur scène.

Mary-Elisabeth Brown est la violoniste invitée qui s’occupera du solo pour le Concerto de Sibelius. Elle est aussi la conjointe d’Alain Trudel.

Pour ce qui est du répertoire, Harmonies Boréales présentera, en plus du solo, la Symphonie numéro 4 de Tchaïkovski. Ce sera la pièce de résistance, selon M. Malouf. « C’est une grande œuvre orchestrale spectaculaire, une œuvre romantique, très passionnée. Il y a d’énormes contrastes au niveau de l’émotion et des nuances », a-t-il expliqué. La pièce d’ouverture a quant à elle été écrite par M. Trudel.

Ce sont d’ailleurs toutes des pièces écrites par des compositeurs qui vivaient dans des pays nordiques, d’où le nom Harmonies Boréales.

Pour les néophytes et les experts

Ce spectacle serait une très belle occasion de s’initier à cet art, selon le chef d’orchestre. Aussi intéressant pour les néophytes que les connaisseurs, il pense que tout le monde peut y trouver son compte. « Pour les gens qui s’y connaissent en musique classique, ce sont des œuvres qu’ils connaissent déjà, c’est certain, mais ce sont de grandes œuvres de répertoires et c’est toujours plaisant de les entendre et de les redécouvrir », a-t-il continué.

Même les gens qui connaîtraient moins ce style de musique se surprendront à reconnaître quelques morceaux, ces œuvres classiques sont souvent entendues à la radio et à la télévision. « C’est le genre de pièce que l’on ne se souvient pas où on l’a entendu, mais qu’on l’a entendu quelque part », a imagé M. Malouf.

Il a aussi souligné que la programmation pour l’année prochaine de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean allait sortir dans le prochain mois et qu’il avait très hâte de la présenter au public.