Le peintre Louis Tremblay se trouve en bonne compagnie entre Ursula et Madonna, des stars qui font partie de son exposition présentée jusqu’à la mi-avril, à Chicoutimi.

Une première depuis 25 ans

Louis Tremblay présente sa première exposition depuis un quart de siècle, un retour à la peinture que lui-même n’avait pas vu venir. Faisant carrière dans l’industrie de la construction, où il exerce la fonction de technologue en architecture, le Chicoutimien avait fait une croix sur cette activité lorsqu’un client, remarquant un croquis fait de sa main, posé sur son bureau, lui a commandé un tableau.

« La piqûre est revenue », raconte l’artiste, deux ans plus tard. Des amis et des membres de sa famille ont ensuite exprimé leur intérêt pour ses œuvres, dont la facture s’est précisée rapidement. Les petits formats le laissant froid, c’est sur de grandes surfaces que l’adepte de l’acrylique a donné libre cours à son goût pour le portrait. Quelques hommes l’ont inspiré, mais la grande majorité de ses créations laissent voir des visages de femmes.

« Pendant mon baccalauréat en art à l’UQAC, je faisais de l’abstrait, alors qu’enfant, je dessinais des visages. C’est ça qui est revenu lors de mon retour à la peinture. J’ai vécu une émergence foudroyante qui fait en sorte qu’aujourd’hui, un chemin s’est ouvert devant moi », fait observer Louis Tremblay, dont les toiles sont signées Lois.

Il suffit d’un coup d’œil dans la maison qui tient lieu de salle d’exposition (elle se trouve au 3143 rue des Cyclistes, sur un site voisin du Club de golf de Chicoutimi, où se déploie le domaine Luxuor), jusqu’à la mi-avril, pour constater que le peintre emprunte deux voies distinctes. Certains de ses 12 portraits sont très colorés, alors que d’autres sont dominés par les tons de gris, ainsi que les couleurs froides.

Parlant de ces derniers, Louis Tremblay les qualifie de visages de pierre. C’est à peine si les lèvres charnues de ses modèles féminins arborent une touche de rouge. En examinant ces œuvres de près, on remarque également la présence de coulées de peinture. Elles ajoutent du relief et rappellent le dripping popularisé par Jackson Pollock.


Scarlett Johansson a inspiré Louis Tremblay, comme l’illustre ce tableau qui a vu le jour à la suite de son retour imprévu à la peinture, il y a deux ans.
Cette toile rendant hommage à Rihanna témoigne du goût de Louis Tremblay pour les portraits affichant des couleurs vives, ce qui constitue l’une des deux approches préconisées depuis son retour à la peinture.

Lorsqu’on lui demande quelles sont ses influences, cependant, le Chicoutimi mentionne d’emblée Corno, dont les portraits de femmes ont fait la renommée. Il souligne également son amour du pop-art, plus spécifiquement l’attrait qu’exerce sur lui le travail d’Andy Warhol. Lui aussi avait développé un goût pour les portraits en plan rapproché, dont les sujets étaient souvent des célébrités.

À cet égard, il est amusant de se promener dans la maison en essayant de deviner qui est représenté sur tel ou tel tableau. On voit une Marilyn, comme de raison, mais également une Scarlett (Johansson), une Madonna, une Rihanna et une Ursula (Andress). Elles côtoient des anonymes croquées par Louis Tremblay au gré de ses déplacements et d’autres qui ont capté son attention sur le site Pinterest.

« Je veux montrer des regards qui sont venus me chercher, des regards féminins ayant quelque chose d’hypnotique. Souvent, je travaille sur deux tableaux à la fois et si je réalise que l’un d’eux ne me parle pas, je n’hésite pas à couvrir la toile de peinture blanche avant de recommencer. J’intègre alors le relief découlant de la première tentative. Ça ajoute des textures », décrit le peintre.

Puisque c’est lui qui a signé les plans de la maison où l’exposition est présentée, cet événement revêt un caractère particulier. C’est comme si deux dimensions de sa vie étaient conciliées, deux objets de fierté que l’artiste invite les gens à découvrir. Pour ce faire, ils n’ont qu’à le joindre au numéro 418 591-3266 et il se fera un plaisir de les accompagner au cours de leur visite.