Une pensée pour Notre-Dame

CHRONIQUE / Comment pourrait-il en être autrement? Ceux qui assisteront aux concerts d’orgue présentés à compter du 25 juin, à la cathédrale de Chicoutimi, auront une pensée pour Notre-Dame de Paris. Ravagée par un incendie qui, Dieu merci, ne l’a pas réduite à un amas de pierres, elle aura besoin de plusieurs années de soins intensifs avant qu’on y joue de la musique.

«Ça touche tout le monde», constate Céline Fortin, la cheville ouvrière de la série estivale. Comme tant d’autres mélomanes, elle a été émue en voyant les images du temple huit fois centenaire, fragilisé par le brasier pendant que des pompiers ayant l’air de fourmis tentaient courageusement de freiner ses élans. Au moins, on sait que l’orgue a été relativement épargné, et qu’un jour, il résonnera de nouveau.

En attendant ce jour béni, on peut se procurer le nouvel album d’Olivier Latry, Bach To The Future, où il aborde l’oeuvre du maître de Leipzig. Comme il est difficile de se procurer une copie physique, le plan B consiste à visionner la vidéo tournée à Notre-Dame, quelques mois avant l’incendie. De remarquables images captées à l’aide d’un drone montrent le titulaire des grandes orgues interprétant la Toccata et fugue en D mineur.

On imagine ce que donnerait cette technologie à la cathédrale de Chicoutimi, où un écran géant permet de voir travailler les organistes et leurs invités. Ça fait rêver. Notons également que Céline Fortin participera au premier concert, aux côtés du Choeur de la cathédrale, que dirigera Huguette Tremblay. Sans le claironner, elle laisse entendre qu’un air livré en solo fera écho aux récents événements.

«Ce sera juste un clin d’oeil. Je vais jouer un extrait de La suite gothique de Boëllmann, Prière à Notre-Dame», confie l’organiste. Ce sera d’autant plus significatif que la cathédrale de Chicoutimi a également subi la morsure du feu et ce, deux fois plutôt qu’une. Chaque fois, nos ancêtres l’ont rebâtie, mais le referait-on encore, si un nouveau malheur s’abattait sur elle? Vaut mieux ne pas y penser.