Une oeuvre d’art à la bibliothèque d’Arvida

Une nouvelle oeuvre d’art public trône maintenant à la place du Conte de la bibliothèque d’Arvida. Saguenay a procédé au dévoilement de la sculpture intitulée Le voyage d’Arvida et Jerodro mercredi, en compagnie de Jean-Robert Drouillard, l’artiste qui l’a créée.

L’oeuvre réalisée dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics du Gouvernement du Québec, fait suite à la rénovation de la bibliothèque d’Arvida. 

Le coût du projet, totalisant près de 56 000$, est assumé par Saguenay et le Gouvernement du Québec.

Le voyage d’Arvida et Jerodro représente une fillette qui porte des lunettes d’aviateur ainsi qu’un oiseau voyageur. Les deux personnages rappellent les immigrants venus peupler la ville industrielle au début du XXe siècle. Ils évoquent le rapport à la migration et au développement. 

«Dans mon esprit, Arvida était un personnage féminin, un peu frondeur, capable d’affronter toutes sortes d’aventures, comme les fondateurs de la ville. C’est une grande voyageuse, elle arrive de partout», explique Jean-Robert Drouillard. 

Le sculpteur a fabriqué l’oeuvre en aluminium afin de faire référence à l’industrie à l’origine de la naissance d’Arvida.

«Les bancs et les socles font aussi partie d’un concept. Je les ai dessinés, même si je ne les ai pas réalisés. L’idée est qu’à la place du Conte, les enfants puissent s’asseoir, jouer avec la sculpture ou se faire lire un conte. C’est une façon de rentrer en contact avec l’oeuvre qui est différente», explique l’artiste. 

Le prénom de l’oiseau a été choisi de la même manière que celui de la ville l’a été il y a bien des années. 

Arvida tient son nom des initiales du président de la compagnie Alcoa de l’époque, Arthur Vinning Davis. L’artiste a nommé l’oiseau Jerodro à partir de son propre nom, Jean-Robert Drouillard. 

«L’oeuvre représente vraiment l’esprit, l’âme d’Arvida, la façon dont les gens ont voyagé pour venir dans un endroit meilleur. Les deux personnages qui forment l’oeuvre s’intègrent parfaitement au coeur de la bibliothèque d’Arvida qui a subi dans les dernières années une métamorphose magnifique. Nous sommes fiers de cette nouvelle place du conte puisque c’est un lieu rassembleur, propice aux rencontres. Nous sommes sûrs que les petits comme les grands voyageurs sauront en profiter», a affirmé Josée Néron, mairesse de Saguenay.

Le sculpteur s’est inspiré de contes traditionnels afin de créer ses personnages. Ceux-ci sont maintenant installés à proximité de l’entrée principale de la bibliothèque d’Arvida.  

C’est un comité formé du conseiller Carl Dufour, d’un architecte, d’un représentant du ministère de la Culture et des communications, de spécialistes en arts visuels et de fonctionnaires municipaux qui a sélectionné l’oeuvre dans le cadre d’un processus de sélection de projet.