Anne-Marie Gravel

Une oeuvre bien vivante

BILLET / Deux décennies se sont écoulées depuis que Dédé Fortin s’est enlevé la vie.

Deux décennies et on le chante, le danse et le cite encore.

Comme tous les disparus, il est bien vivant dans la tête et le coeur de ceux qui l’ont côtoyé. Phénomène plus rare, il l’est aussi pour bien des Québécois, dont plusieurs qui l’ont découvert après sa mort.

Dédé n’est plus… mais son oeuvre est bien vivante.

Elle vit à travers les auteurs-compositeurs-interprètes, les musiciens, les artistes de tous les milieux. Elle transparaît dans leurs mots, leurs notes, leur ouverture.

L’oeuvre de Dédé Fortin est bien vivante, et tout ça se mesure aussi par les nombreux hommages qui lui ont été rendus au cours des dernières années.

Depuis 2017, sa guitare électrique Fender Telecaster et ses lunettes d’aviateur emblématiques sont exposées au Musée de la civilisation, où elles font partie de la collection nationale.

En 2018, le Cirque du Soleil a créé Juste une p’tite nuite, un hommage aux Colocs présenté tout l’été à Trois-Rivières.

La même année, le fils de Saint-Thomas-Didyme, au Lac-Saint-Jean, a été reçu Membre de l’Ordre du Bleuet à titre posthume.

La voix de Dédé, elle, résonne toujours. Dans la voiture, chez le dentiste, à travers notre télévision… Ses notes nous bercent ; ses textes nous portent.

« Il y a la joie qu’on ne l’oublie pas et la tristesse de son départ qui est toujours vive. André n’est jamais parti complètement. Il est encore là. On ne peut pas faire un deuil complet. André s’est enlevé la vie. Il était jeune. En plus, on n’a jamais arrêté de l’entendre. Depuis qu’André est décédé, on se dit tout le temps qu’un jour, ça va tomber plus tranquille. Mais ce n’est pas encore arrivé, bien au contraire », me confiait son frère Réal, en 2018.

Chaque année, Dédé Fortin nous donne rendez-vous à la Fête nationale, jour où les Québécois se célèbrent. Parce qu’il demeure un symbole fort pour le Québec. Il fait partie de son histoire.

Dédé Fortin n’est plus, mais son oeuvre est bien vivante. C’est l’héritage de tout un peuple. Parce que malgré les années qui passent, le Québec se souvient.