L’intérieur de la maison du peintre René Gagnon, à Sacré-Coeur

Une occasion à saisir

CHRONIQUE / La surprise a été grande, le 13 mars, lorsque le metteur en scène de La Fabuleuse histoire d’un Royaume, Louis Wauthier, a annoncé qu’il prendrait sa retraite à la fin de la prochaine saison. Les représentants des médias présents sur la scène du Théâtre du Palais municipal de La Baie ont alors appris que son successeur serait l’homme de théâtre Jimmy Doucet, connu pour ses nombreuses productions évoquant l’histoire de la région sur un ton humoristique.

Le fait que le vétéran profite de ses derniers mois pour former son successeur montre à quel point cette transition a été mûrement réfléchie. Ce n’est pas après moi le déluge. Soucieux de bien faire les choses, Louis Wauthier s’est donné le temps d’aborder toutes les facettes de La Fabuleuse, jusqu’aux moindres détails, parce qu’il sait que la réussite d’un spectacle de cette envergure en dépend.

C’est donc un exemple de transmission réussie que nous donne Diffusion Saguenay et dans un tout autre domaine, la direction du Parc national du Fjord-du-Saguenay pourrait s’en inspirer. Elle se voit offrir une occasion de bonifier l’offre touristique, en effet, à la suite de la mise en vente du domaine créé par le peintre René Gagnon à Sacré-Coeur.

Rappelons que ce lieu enchanteur jouit d’une vue imprenable sur le Saguenay et que l’artiste de renommée internationale est prêt à tout laisser sur place si tel est le voeu de l’acquéreur. On imagine le bonheur que susciterait la visite de ses appartements, plus encore de son atelier, puisque cette résidence possède une âme étroitement chevillée à l’Esprit du fjord, pour faire écho à La Fabuleuse.

Ceux qui croient qu’une acquisition de cette nature est inappropriée, qu’elle déroge à la mission d’un parc national, n’ont pas visité la maison de l’ancien président américain Harry Truman, au Missouri. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, un lieu que j’ai eu la chance de voir au cours d’un séjour dans la petite ville d’Independance, voisine de Kansas City.

La direction des parcs nationaux considère cette résidence comme un trésor qu’il convient de préserver et de faire connaître, au même titre que le parc Acadia, dans le Maine, ou encore Yellowstone. En affichant une ouverture équivalente, la direction du Parc national du Fjord-du-Saguenay perpétuerait l’oeuvre de René Gagnon, tout en la rendant accessible au plus grand nombre. Une occasion qu’il convient de saisir.