Catherine Bouchard, Mélissa Corbeil et Mariane Tremblay forment la nouvelle équipe de direction du centre d’art actuel Langage Plus. Elles assument les fonctions de directrice administrative, de coordonnatrice à la médiation culturelle et de directrice artistique, dans la foulée du départ de la directrice générale Jocelyne Fortin, officialisé en janvier.

Une nouvelle ère s'ouvre à Langage Plus

Le centre d’art actuel Langage Plus d’Alma est entré dans une nouvelle ère, lundi, lorsque Catherine Bouchard a assumé ses fonctions en tant que directrice administrative. L’équipe qu’elle forme en compagnie de la directrice artistique Mariane Tremblay et de la coordonnatrice à la médiation culturelle Mélissa Corbeil consacre en effet le désir du conseil d’administration d’instaurer une direction circulaire, de préférence à une structure hiérarchique.

« Il s’agit d’un beau défi pour moi, puisque Langage Plus est bien positionné. Je me sens choyée, très motivée », a confié Catherine Bouchard, il y a quelques jours, lors d’une entrevue accordée au journal. Elle est d’autant plus heureuse que le modus operandi se moule à une pratique qui lui est familière, en raison de ses expériences de travail dans le milieu de la recherche.

« J’ai l’habitude de fonctionner en équipe et je trouve ça plus efficace. Si la structure avait été hiérarchique, je n’aurais pas soumis ma candidature », a ajouté la nouvelle administratrice, dont l’enthousiasme est partagé par Mariane Tremblay. Tout comme Mélissa Corbeil, la directrice artistique a oeuvré aux côtés de l’ancienne directrice générale, Jocelyne Fortin. Et elle aussi voit l’avenir d’un bon oeil.

« Déjà, au temps de Jocelyne, nous tendions vers une approche circulaire. Comme l’équipe était stable, elle nous donnait de plus en plus de place. Il restait juste à trouver la bonne personne (Catherine Bouchard) afin de poursuivre le processus », raconte Mariane Tremblay, qui salue au passage la contribution majeure de l’ancienne directrice.

L’institution qu’a servie Jocelyne Fortin est mieux outillée que jamais pour réaliser sa mission première, centrée sur la diffusion. Ses locaux de la rue Collard, à Alma, offrent un cadre intéressant pour la tenue d’expositions et d’activités à caractère éducatif. La fréquentation se maintient, tandis que l’enracinement dans la communauté profite d’initiatives comme les résidences en milieu scolaire, une expérience tentée avec succès dans la dernière année.

Elle a permis à l’artiste Carl Bouchard d’oeuvrer avec des écoliers de Mashteuiatsh, tandis que sa consoeur Catherine Lisi-Daoust faisait de même à Alma. « Nous avons connu deux succès et nous souhaitons poursuivre dans la même voie au cours de la prochaine année. Dans chaque cas, nous avons pu mesurer les bienfaits que la création apporte aux jeunes », fait valoir Mariane Tremblay.

Une autre initiative fructueuse est la résidence dans l’est de la France, un programme d’échange instauré en 2004, de concert avec le FRAC Alsace (Fonds régional d’art contemporain). Un nouvel appel de candidatures a été lancé il y a quelques jours, à l’intention des artistes du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ils ont jusqu’au 15 juin pour soumettre un dossier à Langage Plus.

Quant aux expositions, elles continueront d’incarner la volonté de l’administration de mettre l’art en rapport avec la vie, tout en articulant une réflexion sur des thèmes tels que l’identité, le territoire, l’urbanité et la vie en société. « Chaque année, nous recevons plus de propositions que nous n’avons d’espace pour les accueillir. Par contre, les choix se décantent tout naturellement », constate Mariane Tremblay.