Roselle Simard, directrice pédagogique, et Dominique Gagnon, directrice générale et artistique, ont repris le flambeau après le décès subit de Sara Tremblay, qui a dirigé l’Académie de danse du Saguenay pendant des années.

Une nouvelle équipe de direction à l'Académie de danse du Saguenay

Cinq mois se sont écoulés depuis le décès subit de Sara Tremblay, directrice générale, artistique et pédagogique de l’Académie de danse du Saguenay depuis 1993. Armées d’une volonté de poursuivre la mission de l’école tout en y donnant leurs propres couleurs, motivées par la même passion de la danse que l’ancienne directrice, deux danseuses qui ont jadis été élèves de la disparue ont repris les rênes de l’école, pour que l’oeuvre de leur prédecesseure perdure.

La mort de Sara Tremblay a eu l’effet d’une bombe au sein de l’école établie sur la rue Jacques-Cartier, à Chicoutimi. Comme Sara Tremblay y enseignait plus de 20 heures par semaine, en plus d’en assurer la direction, toutes les sphères de l’école ont été touchées.

«Ç’a été un choc. Malgré tout, la réorganisation a bien été. On a une super bonne équipe et on a remonté la pente ensemble. Tout le monde a collaboré», affirme Dominique Gagnon. Jusqu’en novembre, cette dernière agissait à titre d’adjointe à la direction et professeure à l’Académie de danse du Saguenay. C’est maintenant elle qui en assume la direction générale et artistique.

En janvier, Roselle Simard s’est jointe à l’école afin de compléter l’équipe. Celle qui est diplômée du programme en enseignement de l’École nationale de ballet du Canada agit maintenant à titre de directrice pédagogique.

Officiellement, les deux femmes se sont divisé les tâches. Pour l’instant, elles privilégient toutefois le travail d’équipe. «On prend le pouls tranquillement. On constate ce qu’on aime et où on veut aller. On travaille beaucoup en équipe. C’est notre force», explique Dominique Gagnon. «Les choses se sont placées très naturellement», ajoute Roselle Simard.

Il faut dire que les deux danseuses se connaissent bien. Anciennes élèves de l’Académie de danse du Saguenay, elles ont toutes deux fait partie de la première cohorte du programme sport-arts-études en danse à Chicoutimi. «On se connaît depuis le secondaire. On a toutes les deux poursuivi la danse au cégep. Sara était notre enseignante. Un beau lien nous unit. En se retrouvant, c’est comme si on reprenait où on en était avant», confie Roselle Simard.

C’est d’ailleurs lorsqu’elles se sont réunies pour pleurer la perte de leur amie que l’idée de joindre leurs forces a fait surface.

Ensemble, elles ont repris le flambeau. Elles peuvent également compter sur Suzanne Côté, adjointe administrative de l’école depuis 2007, que Sara Tremblay décrivait comme son bras droit, et même son bras gauche. «Suzanne connaît beaucoup de choses. Ç’a été notre ressource dans tout ça. Avec le conseil d’administration, on continue ensemble», affirme Dominique Gagnon.

Continuité et nouveauté

Le duo salue le travail effectué par Sara Tremblay au fil des ans. Les deux femmes souhaitent poursuivre son oeuvre, tout en y apportant leur touche personnelle.

«Il y a déjà de belles choses en place. Le corps professoral est varié et a beaucoup de compétences», souligne Dominique Gagnon.

«Ce qu’on fait bien, on continue de le faire. On poursuit la mission de l’académie, qui, depuis 1966, se consacre à la passion de la danse. L’équipe est forte, hyper compétente. On veut miser sur les forces de notre équipe variée et continuer de développer les différents volets», ajoute Roselle Simard.

Les deux directrices souhaitent développer davantage le volet compétitif de l’école qui grossit d’année en année. Elles veulent également pousser le volet santé mentale plus loin. «On veut améliorer et spécifier chaque secteur», explique Dominique Gagnon.

Le duo compte également créer encore plus de liens avec la communauté. «On veut rejoindre les gens là où ils sont et travailler avec eux selon leur potentiel. La danse n’est pas juste réservée à l’élite. On veut la démocratiser. On pense sérieusement que notre équipe est capable de faire ça», estime Roselle Simard.

En attendant, les deux complices se concentrent sur les activités de l’école des prochains mois, notamment des compétitions à l’extérieur, le spectacle annuel et le camp d’été prévu en août. Elles comptent aussi continuer à former les professeurs.

+

PIERRE CARDINAL S'IMPLIQUE EN MÉMOIRE DE SARA

Pierre Cardinal, conjoint de Sara Tremblay, poursuit l’oeuvre de celle qui a partagé sa vie. Depuis décembre, il est membre du conseil d’administration de l’Académie de danse du Saguenay et compte bien s’assurer de la santé financière de l’organisation.

«Je trouve que c’est la meilleure place où je peux être», explique Pierre Cardinal, d’emblée. 

Pour celui qui est maintenant retraité, la décision de consacrer son temps à l’oeuvre de sa conjointe allait de soi. 

«J’agis comme bénévole depuis environ six ans, notamment lors du spectacle de fin d’année et lors du brunch-bénéfice. À la suite de la disparition non prévue de Sara, c’était officiel que je voulais poursuivre son oeuvre. La question ne se posait même pas.» 

Pierre Cardinal a rapidement joint le conseil d’administration de l’Académie de danse du Saguenay. Avant son décès, il avait promis à sa conjointe de trouver un nouveau moyen de financement qui permettrait d’amasser plus d’argent. Il a tenu parole. Il y a quelques jours, un cocktail dînatoire a été organisé afin d’amasser des fonds pour l’école. 

«On avait pensé changer la formule. Auparavant, on organisait toujours un brunch-bénéfice. Même si Sara n’est plus là, je voulais tenir la promesse que je lui avais faite de trouver un autre moyen de financement plus payant. C’est ce qu’on a fait.» 

L’initiative a porté ses fruits. L’activité organisée au hangar de la zone portuaire a permis de tripler les bénéfices. 

Pierre Cardinal est heureux des résultats et de sa collaboration avec la nouvelle équipe de direction. 

«La nouvelle équipe est fantastique, note-t-il. Sara devait prendre sa retraite dans deux ans. Dominique Gagnon devait prendre la relève. C’est allé plus vite que prévu.... Roselle, qui a déjà été associée à l’école, s’est ajoutée. Je suis heureux de l’équipe. Je suis entièrement en accord avec leur vision de l’avenir de l’école.»