Philippe Brach, porte-parole de La Noce, a dévoilé l’ensemble de la programmation de la troisième édition de l’événement mardi.

Une Noce de cuir hors normes

Les organisateurs de La Noce de cuir promettaient une édition éclatée. Philippe Brach a confirmé leur volonté en faisant connaître mardi la liste complète des artistes présents pour la troisième édition de l’événement, une programmation qui, en trois jours, fera voyager les festivaliers d’un univers musical à l’autre.

Quarante groupes et artistes, des prestations surprises, des lieux surprenants, des afters et des mariages ; La Noce de cuir promet de poursuivre sur la lancée des éditions précédentes sans pour autant tomber dans le confort des sentiers battus les 4, 5 et 6 juillet.

Aux Vincent Vallières, Dead Obies, Connan Mockasin, Jesse Mac Cormack et autres dont la présence avait déjà été annoncée viennent se joindre des artistes aux horizons aussi nombreux que disparates. L’équipe a suivi une seule ligne directrice : proposer aux festivaliers des expériences artistiques hors normes.

Kid Koala, un DJ de Vancouver maintenant installé à Montréal et qui oeuvre à l’international, devrait créer une de ces occasions. « C’est un projet qui ne laisse personne indifférent. Que tu le connaisses ou pas, tu ne peux pas ne pas ‘‘triper’’. C’est très rassembleur. Comme notre programmation est disparate, on s’est dit qu’on allait finir avec quelque chose qui va inclure tout le monde », affirme Philippe Brach, de passage à Saguenay pour promouvoir l’événement dont il est porte-parole.

Il souligne également la présence du duo Milk & Bone. « On est contents d’avoir une tête d’affiche féminine, d’autant plus que Milk & Bone va présenter du nouveau matériel. »

Philippe Brach est aussi heureux de faire découvrir au public l’artiste originaire du Niger Mdou Moctar. « On est heureux de la recevoir. Il propose des beats du Niger avec de la distorsion à la guitare », décrit-il.

Keith Kouna, Dany Placard et Julien Sagot, qui sont tous passés par le festival au sein d’autres formations, présenteront leur matériel. Poulin, le collectif Les Poulpes, LaF et Dopethrone, un groupe métal d’Hochelaga, sont également de la programmation.

« Il va y voir beaucoup de surprises. On a la chance d’avoir un public qui se déplace. Ensuite, on pimp ça avec des surprises. On veut que les personnes qui se sont déplacées se disent ‘‘J’ai-tu ben faite d’être là ! ’’ »

Philippe Brach sent qu’au-delà des artistes présentés, les festivaliers viennent à La Noce pour l’événement. Le fait que plus de billets qu’à la même date l’an dernier ont été vendus, alors que la présence du groupe Karkwa marquait la deuxième édition, en témoigne.

« On veut continuer à avoir des projets qui vont drainer du monde, mais toujours mettre un accent sur des projets qui ne viendraient jamais à Chicoutimi. Le public est prêt à ça. J’ai l’impression que le monde de la région commence à connaître le festival et que le monde de l’extérieur se passe le mot. »

Cette année, comme il était impossible d’occuper le site de La Pulperie, l’utilisation de la Zone portuaire sera bonifiée. Une zone VRAK pour les jeunes sera notamment installée. Les moins de 12 ans ont d’ailleurs accès au festival gratuitement.

« D’autres lieux underground du centre-ville seront aussi utilisés. Au cours du festival, on va utiliser l’application pour promouvoir des spectacles-surprises. »

Les afters auront notamment lieu au Summum, à la marina, à L’Érudit café. « On essaie des affaires. Le fait qu’on ne pouvait pas utiliser La Pulperie nous a poussés à trouver d’autres endroits, il y a quelque chose d’excitant là-dedans. »

Évidemment, cette année encore, des mariages, « officiels » ou non, seront célébrés. « On aurait pu en faire 15 », rigole le porte-parole de l’événement.

Les billets journaliers sont disponibles via la billetterie en ligne du festival. Les passes pour trois jours, donnant accès à l’ensemble des spectacles, sont toujours en vente au coût de 60 $.