Le Choeur Amadeus lancera les fêtes marquant son 75e anniversaire en participant à une messe dimanche, en l'église Saint-Mathias d'Arvida.

Une messe avec le Choeur Amadeus

Le Choeur Amadeus retournera aux sources de sa riche histoire le 12 février, à la faveur d'une messe célébrée à 11 h. Lui qui a d'abord assumé un mandat à caractère liturgique interprétera des chants en l'église Saint-Mathias d'Arvida, ce qui constituera le coup d'envoi des manifestations entourant le 75e anniversaire de sa fondation.
Jacques Tremblay et Johanne De La Sablonnière invitent la population à entendre les chants qu'interprétera le Choeur Amadeus, dimanche prochain. En se produisant dans une église, cette formation adressera un clin d'oeil au passé, puisque sa vocation initiale consistait à participer aux célébrations liturgiques à l'ancienne paroisse Saint-Jacques d'Arvida.
Bien sûr, l'accès sera gratuit et ceux qui assisteront à cet événement vivront une expérience unique, promettent deux de ses membres, Jacques Tremblay et Johanne De La Sablonnière. Une dizaine de pièces seront interprétées, en effet, notamment des airs composés par Dvorak et Haendel, sous la direction de Pierre Lamontagne.
« Nous espérons qu'il y aura beaucoup de monde à cette occasion. C'est magique, lumineux. Ça fait du bien d'écouter des oeuvres comme celles-là », mentionne l'alto, une recrue de fraîche date qui a pu mesurer avec quel sérieux le Choeur Amadeus prépare ses concerts. « Ce fut une belle découverte et ce que j'ai d'abord remarqué, ce sont les voix d'hommes, plus nombreuses qu'ailleurs, en proportion. On travaille fort, aussi. Il faut lire beaucoup », décrit-elle.
Son camarade, qui est également responsable des communications, ajoute que le fait de chanter en groupe enrichit sa vie à bien des égards. « Participer aux activités de la chorale m'apporte plein de belles choses, énonce-t-il. En plus de m'éveiller l'esprit, ça me donne de l'oxygène pour le reste de la semaine, dans la foulée de notre répétition du lundi. »
Il précise que malgré l'arrivée de sang neuf, il y a toujours de la place au sein du Choeur Amadeus. Favoriser le recrutement compte d'ailleurs parmi les objectifs liés aux fêtes du 75e, tout comme la promotion du chant choral. C'est ainsi que d'autres initiatives suivront la messe, notamment un concert qui pourrait avoir lieu au printemps, de même que l'enregistrement de L'Hymne d'Arvida, une oeuvre de Lionel Girard (paroles) et Daniel Rioux (musique) dont on vient de retrouver la trace.
La liste des activités sera beaucoup plus longue, évidemment, ce qui fera écho à l'évolution du choeur au fil des ans. Le répertoire liturgique ne représente plus son unique terrain de jeux, par exemple, et l'ancrage arvidien demeure solide, sans toutefois empêcher des gens provenant d'ailleurs dans la région, y compris du Lac-Saint-Jean, de joindre ses rangs. Signalons aussi qu'à l'origine, cette formation ne comprenait que des hommes.
« C'est la plus vieille chorale en activité au Saguenay-Lac-Saint-Jean et elle n'a eu que cinq directeurs, dont Roch Laroche, à qui Pierre Lamontagne a succédé il y a sept ans », fait observer Jacques Tremblay.