Il était possible de se faire tirer le portrait et d’en tirer un buste, gracieuseté de l’artiste Jean-Pierre Busque, de Montréal.

Une fourmilière artistique

Le hangar de la Zone portuaire avait des allures de galerie d’art, mais avec une dynamique résolument festive et chaleureuse, jeudi après-midi. La 13e édition du Symposium international de peinture et de sculpture transforme en fourmilière artistique le bâtiment, et ce, jusqu’au 21 juin. L’artiste régional et parrain d’honneur, Michaël, tout comme les nombreux exposants, risque de faire affluer de nombreux amateurs et curieux.

C’est là le principal souhait de la présidente de l’événement, Gisèle Gravel, qui en est à sa septième année à la barre du regroupement. « Aimer et apprécier l’art, c’est accessible à tous. Loin du cliché de connaisseurs ou encore de l’aura bourgeois qui malencontreusement plane autour de l’art, le Symposium propose justement cette convivialité unique, mêlée à la chaleur reconnue des gens du Saguenay–Lac-Saint-Jean », confie l’énergique organisatrice, aussi fondatrice du Symposium de peinture de Baie-Comeau.

Tous les artistes, esthètes, passants et bénévoles croisés sur le site lui donnaient amplement raison. « Les gens sont invitants. Nous sommes accueillis de manière tout à fait spéciale », a affirmé Martine Cloutier, de Thetford Mines.

L’artiste multidisciplinaire Michaël, natif de Bégin, était en pleine création, mais prenait le temps nécessaire afin de discuter et d’expliquer sa démarche aux visiteurs. « Il a plein de beau monde, et je suis enchanté d’avoir été approché par l’organisation afin de chapeauter l’événement. L’offre qu’on trouve ici vaut le détour », explique le chanteur, qui avoue avoir toujours crayonné, mais qui s’investit plus activement depuis 2011.

Natali Martin, une passionnée d’empâtement d’acrylique sur toile ou bois, explique sa démarche au public.

activités originales
Pour un coût d’entrée de 2 $, le site offre beaucoup. Bien entendu, les artistes régionaux (10), du Québec et du Canada (20) et d’outre-mer (5) sont à apprécier, leur talent passant de l’art pictural à la sculpture sur différents matériaux, de l’argile à la pierre, sans oublier l’aluminium.

Malgré l’absence d’un volet compétitif, le public est tout de même invité à sélectionner son coup de cœur via un scrutin qui s’avère être aussi l’occasion pour les visiteurs de gagner une giclée, c’est-à-dire une impression artistique grand format créée sur une imprimante à jet d’encre. Un jury se formera aussi durant la fin de semaine afin de remettre les Prix Jean-Paul Lapointe, lesquels souligneront les artistes s’étant démarqués. Une cérémonie en ce sens aura lieu à la clôture du symposium, dimanche, à 19 h, sur invitation.

La relève n’est pas en reste, avec l’instauration d’un concours ciblant les 12 à 18 ans, qui courent la chance de remporter une bourse de 500 $ remise par le club Kiwanis de Chicoutimi. Le lauréat de cette bourse sera dévoilé samedi, à 16 h.

Diverses conférences et performances auront lieu dans le hangar durant ces trois journées. « C’est un endroit charmant et idéal pour ce genre d’événement, à deux pas de la rivière Saguenay. Les gens de l’extérieur sont particulièrement impressionnés », mentionne la présidente Gisèle Gravel, qui a grandi tout près, à Saint-Jean-Vianney.

Le Belge André Coppens, en pleine création

L’événement se poursuit vendredi et samedi de 9 h à 21 h 30, ainsi que dimanche de 9 h à 17 h.