Jean-Pierre Ferland

Une foule bercée par son favori

On ignore si c'était la dernière fois qu'il le faisait, mais Jean-Pierre Ferland a bercé ses fans le temps d'une soirée, dimanche, au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Devant près de 600 personnes, il a enchaîné quelques-uns de ses succès dans une ambiance feutrée.
Le monument de la chanson québécoise a bien pris son temps pour raconter une anecdote entre chacune de ses deux chansons, ou presque. Si cette façon de faire a eu pour effet de ralentir le rythme de la soirée, elle a bien fait rire ses admirateurs, puisque les histoires savoureuses n'ont pas manqué. De toute façon, l'homme de 82 ans n'était certainement pas au Saguenay, un soir de février où l'hiver est bien ancré, pour déguerpir le plus vite possible. On sentait qu'il était sincèrement content d'être toujours sur scène, même après toutes ces années à avoir charmé les foules, prêtes à boire ses paroles.
« Vous êtes un public adorable », auront été les dernières paroles de Jean-Pierre Ferland après un court rappel d'une chanson, auquel il a interprété La chanson des vieux amants, de Jacques Brel. La foule, mature, a réservé de généreux applaudissements a son favori.
Au cours de pratiquement deux heures de spectacle, entrecoupé d'un court entracte, l'auteur-compositeur-interprète a offert une quinzaine de pièces, la plupart issues de son propre répertoire. Accompagné de ses deux choristes, Mélissa Bédard, participante à Star Académie en 2012, et Julie Anne Saumur, en plus de ses quatre musiciens, M. Ferland avait une allure soignée, vêtue d'un veston gris. Il a partagé plusieurs moments de sa vie avec le public, tantôt réceptif, tantôt plus tranquille.
« Je suis le produit naturel de la Saint-Valentin, a lancé Jean-Pierre Ferland en début de spectacle, soulignant que ses parents s'étaient mariés le jour de la fête de l'amour. Ils auraient peut-être pu me faire plus beau, mais ils m'ont dit qu'ils n'avaient pas le temps. Pour charmer les femmes, j'ai finalement décidé de leur écrire des chansons. »
Ce genre d'histoires a abondé. Il a même partagé son plus beau souvenir à vie, survenu en 2008 lors des fêtes du 400e de Québec, lorsque le regretté René Angélil lui avait demandé de chanter Un peu plus loin, de Ginette Reno, en compagnie de cette dernière et de Céline Dion. C'est à ce moment qu'on a eu droit au passage le plus fort en émotion du spectacle. Mélissa Bédard et Julie Anne Saumur ont uni leurs puissantes voix pour faire vibrer la foule, qui s'est en grande partie levée pour reconnaître leur talent après l'interprétation réussie du grand succès de Mme Reno.
Bien sûr, Jean-Pierre Ferland ne pouvait être de passage à La Baie sans chanter sa pièce Une chance qu'on s'a, toujours aussi vivante au fil du temps. « Même les Hell's aiment cette chanson », a scandé le chanteur.
Il a également personnalisé Qu'est-ce que ça peut ben faire, souvent repris par Éric Lapointe, soulignant au passage le grand talent du rocker québécois.
Visiblement, Jean-Pierre Ferland est en paix avec lui-même. Mais ne lui parlez surtout pas de retraite, elle ne semble pas être pour demain.