Dolo a donné un spectacle au Cabaret des artistes, samedi dernier.

Une carrière de rappeur en ascension pour le défenseur des Marquis de Jonquière, Jonathan Diaby

Le défenseur des Marquis de Jonquière, Jonathan Diaby, commence à connaître de plus en plus de succès dans sa carrière à l’extérieur des arénas. L’artiste connu sous le nom de Dolo fréquente la scène hip-hop québécoise de façon plus assidue depuis deux ans, et ses efforts musicaux commencent à le propulser à l’extérieur de la métropole, lui qui s’est produit pour la toute première fois dans la région samedi dernier, au Cabaret des artistes de Chicoutimi.

« On a fait pas mal de spectacles cet été dans le coin de Montréal. J’ai fait le festival Metro Metro et plusieurs spectacles sur la rue Saint-Laurent, et aussi dans mon coin, à Blainville. Là, on est content de venir ici pour voir la réaction des gens. C’est le premier test. Beaucoup de gens demandaient un show sur les réseaux sociaux », a raconté Dolo lors d’une entrevue quelques heures avant son premier spectacle au Saguenay. Cette carrière musicale qu’il a entamée officieusement il y a cinq ans prend aujourd’hui la majorité de son temps lorsqu’il ne chausse pas les patins.

« À Montréal, le hip-hop est la plateforme qui paie le plus. Il y a beaucoup de shows et de gens qui travaillent là-dedans. C’est plus dur dans les régions, mais c’est pour ça qu’on vient, pour pousser le mouvement. C’est comme ça qu’on va y arriver », assure Dolo.

Après avoir fait parler de lui énormément l’hiver dernier en raison de comportements racistes à son endroit de certains spectateurs qui assistaient à un match des Marquis contre les Pétroliers du Nord — qui évoluaient à l’époque à Saint-Jérôme —, le rappeur de 24 ans n’avait pas hésité à se tourner vers la musique pour exorciser cet épisode déplorable en lançant le vidéoclip de la chanson Je suis Diaby, qui avait été vu plus de 5000 fois en 24 heures à la suite du lancement.

Visibilité

L’événement, quoique déplorable, a toutefois eu le mérite de mettre en lumière l’autre carrière du grand hockeyeur de 6 pieds 5 pouces qui en impose autant sur la glace que sur une scène.

« Ça m’a donné de “l’exposure”, c’est sûr. En musique et dans le divertissement en général, tu as besoin de te faire voir. Ça m’a juste donné une petite plateforme, mais avec mon équipe, on l’a bien utilisée. C’était une longue semaine d’entrevues, mais on a tourné une situation négative en positif », explique-t-il.

Avec ses autres titres comme Renaissance, Ride ou I want it ou Waking up, Dolo propose un style de hip-hop assez explicite avec des couplets et des refrains livrés sur des « beats » plutôt pesants. Les projets pour la suite de sa carrière commencent aussi à se préciser, avec une série de spectacles dans la région montréalaise au cours des prochaines semaines, mais aussi un projet studio qui est pour bientôt.

« On travaille sur la construction d’un nouveau studio depuis le 1er juillet. On travaille beaucoup sur du nouveau contenu aussi. J’ai trois quatre albums qui sont déjà prêts à produire, alors il suffit de bien placer les choses », explique celui qui sera de retour cette saison dans l’uniforme des Marquis maintenant dirigés par Bob Desjardins et son groupe.

Plus intimidants

D’ailleurs, même s’il n’avait toujours pas rencontré la nouvelle direction au moment de l’entrevue, le défenseur a tout de même compris entre les lignes que les récents mouvements de personnel amorcés lors du repêchage de la LNAH en juin auguraient bien pour la prochaine saison.

« J’aimais vraiment le groupe d’Éric Claveau et Marc Boivin, mais nous autres on joue au hockey. C’est notre job. Je n’ai pas parlé à la nouvelle direction, mais on va voir ce qui va se passer. Ils ont ramené Sean McMorrow et Danick Lessard. Je pense qu’ils veulent qu’on ait plus d’espace sur la glace. L’an passé, j’ai été suspendu alors que je n’aurais pas dû l’être. Cette année, on va juste être plus intimidants », prévient celui qui en sera à sa deuxième saison à Jonquière.

Jonathan «Dolo» Diaby et son équipe de spectacle composée du rappeur Mindless 1406 et du DJ Tony Wizard.