Micheline Hamel, au centre, montre comment appliquer de la peinture sur une toile, à l’occasion d’un atelier tenu mercredi avant-midi, à la galerie d’art du collectif La Maestria. Elle est accompagnée par 18 clients du Centre Alpha du Haut-Saguenay, qui ont participé à la création d’une oeuvre collective épousant la forme d’un papillon.

Une bulle d'amour autour de l'aquarelle

Il régnait une atmosphère bon enfant, mercredi avant-midi, à la galerie d’art du collectif La Maestria. Regroupées au fond de la salle d’exposition située au centre-ville de Chicoutimi, 18 personnes entouraient l’aquarelliste Micheline Hamel. À tour de rôle, elles étaient invitées à participer à la création d’un tableau qui célébrera les 20 ans du Centre Alpha du Haut-Saguenay.

Il représente un papillon, puisque l’artiste y voit un symbole de bonheur. C’est pour cette raison qu’elle se plaît à les intégrer dans ses oeuvres. La différence, dans ce cas-ci, est que l’artiste a pris soin de reproduire les 26 lettres de l’alphabet à l’intérieur des ailes. Ces lettres que plusieurs de ses invités ont appris à déchiffrer à l’âge adulte.

Une dame, par exemple, a sélectionné la couleur bleue et, penchée sur la feuille de papier, elle laissait échapper des pigments avec toute l’application du monde. Ça dépassait un peu, mais comme l’avait souligné Micheline Hamel dans son mot de bienvenue, il ne faut pas assimiler ces bavures apparentes à une forme d’échec.

« Il peut arriver de beaux accidents, des choses dont on arrive à tirer profit et qui sont impossibles à reproduire », a-t-elle expliqué. Toujours dans le but d’encourager ses partenaires d’un jour, l’aquarelliste les invitait à saupoudrer du sel sur la peinture, ce qui lui conférait une texture étoilée. Ils pouvaient également la couvrir de pellicule plastique avant de la frotter pour produire — quoi d’autre ? — un flou artistique.

Souvent, à la fin d’une intervention, les gens applaudissaient leur camarade, certains criant « Bravo » pour être bien certains que le message serait reçu cinq sur cinq. L’expression sonne un peu cliché, mais une bulle d’amour enveloppait la salle, ce qui témoignait de l’esprit d’entraide, pétri d’humanité, qui imprégnait le groupe.

C’est avec beaucoup d’application que cet homme a apporté sa contribution au tableau collectif réalisé mercredi, avec le concours de l’aquarelliste Micheline Hamel.

« Ils ont développé le réflexe de s’encourager », s’est émerveillée Micheline Hamel au cours d’une entrevue accordée au Quotidien. Et justement, l’idée derrière ce projet consistait à apporter du bonheur par l’entremise de l’art, d’où le titre du tableau qui sera dévoilé le 18 mai, au Club nautique du Fjord, situé à Chicoutimi-Nord : J’écris mon bonheur.

Ce jour-là, le Centre Alpha mettra le point final aux activités entourant le 20e anniversaire de sa fondation. Sa mission première consiste à aider les personnes ayant une scolarité modeste à acquérir des connaissances, ce qui ne se résume pas à l’apprentissage de la lecture. Aujourd’hui, la liste des disciplines enseignées comprend les mathématiques, l’informatique, la croissance personnelle et, depuis septembre, le conditionnement physique.

« C’est dans cet esprit que nous avons demandé à madame Hamel d’organiser un atelier et la participation a été très bonne. Les gens qui forment notre clientèle n’ont pas eu un parcours facile. Or, cette activité spéciale leur a procuré du plaisir », a mentionné la secrétaire du Centre Alpha, Christine Belley. Présente à ses côtés, la coordonnatrice Claudette Roussel a ajouté qu’il pourrait y avoir une deuxième édition, une possibilité qui sourit également à Micheline Hamel, présidente de La Maestria.