Ce masque a été réalisé à l’aide de modestes chiffons servant à nettoyer des pinceaux, raconte le peintre Daniel T. Tremblay. Il fait partie de sa production 2020, que les gens pourront découvrir à l’occasion d’une activité portes ouvertes tenue dimanche.
Ce masque a été réalisé à l’aide de modestes chiffons servant à nettoyer des pinceaux, raconte le peintre Daniel T. Tremblay. Il fait partie de sa production 2020, que les gens pourront découvrir à l’occasion d’une activité portes ouvertes tenue dimanche.

Une bonne cuvée pour Daniel T. Tremblay

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
« C’est une bonne année. Je ne produis pas des tonnes de tableaux, mais ce que je fais, je le réussis bien. J’ai du matériel intéressant », affirme le peintre Daniel T. Tremblay. Lui qui tiendra la cinquième édition de son activité portes ouvertes, le 16 août, a hâte de montrer quelles tangentes a empruntées son cheminement artistique.

Comme c’est la tradition, elle a lieu le jour de son anniversaire, alors que les visiteurs sont conviés de 13 h à 17 h, à sa résidence du 30, rue Price Est, à Chicoutimi. Il occupe l’appartement du haut, truffé de créations en tous genres, mais la première chose qu’on remarquera, c’est l’atelier aménagé dans la cour.

Cette toile dans laquelle ont été intégrés des grains de riz rend hommage à Arthur Villeneuve.

Depuis l’arrivée des beaux jours, Daniel T. Tremblay s’y rend pour travailler avec de la peinture en aérosol, l’un de ses outils de prédilection. Des toiles, des pots de plastique, des portes et des tables y ont subi une transformation extrême, puisqu’à l’extérieur, les vapeurs sont moins entêtantes.

Parmi les invités, il y aura les musiciens Yvon Dachille et Luc Beauchemin, de l’Ensemble Talisman. Ils joueront dans la cour, là où les gens pourront examiner plusieurs oeuvres, tout en constatant que cet artiste a le pouce vert. Tournesols, fèves accompagnées de jolies fleurs rouges et zébrines élégantes comptent parmi ses réussites de la saison.

Daniel T. Tremblay aime beaucoup cette toile, qui joue sur la notion de dualité. «C’est ma préférée à cause des couleurs et du thème, le ying et le yang. Les feuilles ont l’air de voler dans les airs», mentionne-t-il.

Lui, en revanche, préfère montrer Le masque aux salamandres, un tableau dans lequel ont été intégrés des chiffons qui servaient à essuyer ses pinceaux. Ils créent une surface bombée que dominent des yeux surdimensionnés, ainsi que des cornes. « Il y a aussi plein de salamandres. C’est pour aller avec le côté primitif », explique Daniel T. Tremblay.

Autre expérience réussie : un portrait dans lequel ont été intégrés des grains de riz. Leur présence joue sur la texture, produisant un effet que le principal intéressé considère comme une belle surprise. Quant à l’essai qui l’a précédé, un hommage rendu au peintre Arthur Villeneuve, il le ramène à l’adolescence. « À l’âge de 16 ans, je tenais un petit restaurant à côté de sa maison de la rue Taché. Il se trouvait dans le même bâtiment que l’épicerie de mon frère, où Arthur venait acheter du tabac. Il avait toujours l’air concentré, ce qui m’arrive à moi aussi. C’était comme s’il regardait ailleurs », se souvient l’artiste.

Même un pot de fleurs peut inspirer Daniel T. Tremblay, comme en témoigne cette photographie captée dans son atelier extérieur.

D’autres oeuvres mettent à profit les nouvelles couleurs disponibles cette année. Le monde de la peinture en aérosol ne constitue pas un fleuve tranquille, en effet. Les canettes disponibles en 2019 étaient plus ou moins inspirantes, alors que cet été, Daniel T. Tremblay aime ses violets, ses oranges et ses bleus. Ils ont fait naître des fleurs, ainsi que des motifs géométriques.

Signe que la production récente répond à ses exigences, il affirme que chaque tableau aurait pu justifier la production d’une série. Ce ne sera pas le cas, cependant, parce que le plaisir que lui procurent ses expériences est trop grisant. « Dès que je possède une technique, je passe à autre chose », énonce le peintre.

Bien sûr, les visiteurs devront respecter les mesures sanitaires lorsqu’ils entreront dans son appartement, qui a des airs de musée. Et puisqu’on fait allusion à la pandémie, l’un des joyaux de la cuvée 2020 est son oeuvre consacrée à la COVID-19. Mesurant 80 pouces sur 32, elle aussi fera partie de l’exposition.

La journée portes ouvertes se tiendra le 16 août, au domicile de l’artiste.